Clémence Zamora-CruzEn sortant du métro j’ai aperçu la bande avec qui je traînais, en cercle. Ils rigolaient, se chamaillaient, ils se traitaient de «marica» (pédé), lorsque ils m’ont aperçue, ils ont caché le magazine.
– Salut bande de c**s (le langage cru de rue était de rigueur), qu’est ce que vous faites?
– Rien (en essayant de cacher le magazine)
– Allez, faites pas les c**s, montrez moi «ça»!

Puis je commence à me bagarrer avec Neto car c’est lui qui avait l’objet en question.
– Allez, montre-moi, qu’est ce que c’est?
– Fais pas ch***.

La bagarre se généralise et je réussis enfin à arracher des mains de Neto le magazine.
– On a vu «une» comme toi (me dit Pepe).
– «Une» comme moi? (en le regardant fixement et ne sachant pas ce qu’il voulait dire)

J’ouvre le magazine, je crois que c’était la revue Diferente, et je découvre l’histoire d’«un transsexuel» (attention il faut se remettre dans le contexte de l’époque, on genrait mal les femmes trans). Je dévore l’article en lisant en détails l’histoire de cette personne qui était «une comme moi», cet article a eu par la suite un impact sur mon empowerment: «Mais c’est possible! je peux faire ce que je veux!».

Avec la découverte de la presse LGBT (Gay) j’ai pris conscience, plus tard, que la presse jouait un rôle important dans la quête de l’amélioration des conditions de vie de ma vie, de la vie des personnes LGBT. Cet article sur le témoignage de cette personnes trans n’était pas une affaire personnelle, il entrait dans la sphère politique, revendicative… Cet article ne parlait pas seulement d’elle mais surtout de NOUS.

Je vous incite à soutenir Yagg, mais aussi tous les médias LGBT car ils jouent un rôle dans l’accompagnement social et dans la revendication politique de la prise en considération de nos demandes en tant que collectif LGBT. Nous devons continuer à soutenir Yagg pour continuer à faire de la visibilité, pour banaliser les questions LGBTIQ. Continuons ensemble à faire avancer la société!

Clémence Zamora-Cruz était l’invitée hier de l’émission Big Bang sur idFM. Elle y a notamment parlé de la presse LGBT (Yagg, mais aussi Well Well Well, Jeanne Magazine etc.). À écouter sur le site de Big Bang.

Photo Xavier Héraud