yves mottet1Comme beaucoup de personnes gays, je me sens vulnérable dans un univers qui n’est pas à mon image (Rêves de respects, d’égalités, de différences…). Aussi, le traitement de certains sujets étant effectué par des personnes ayant les mêmes envies, affinités, différences ne peut que me séduire. Et puis l’abonnement, c’est surtout par solidarité. Mais les reportages que j’ai lus m’ont tous séduit. Tout n’est pas rose dans le monde gay, parfois c’est même le rose homosexuel qui me casse les couilles!
L’homo fier, l’homo je sais tout, l’homo qui crie sa haine: j’aime pas!
L’homo écoutant, l’homo aidant, l’homo sincère: j’adore.
Voilà pourquoi Yagg.
Yves

——

jean francois samuelNous nous sommes abonnés à Yagg car Yagg est l’un des seuls médias de culture LGBT.

Jean-Francois et Samuel

 

 

——

Les informations sont traitées de façon professionnelle, objective, neutre. Souvent, à cause des réseaux sociaux, la même information nous arrive mais avec beaucoup d’émotion et de parti pris.
Philippe

——

Si je me suis abonné c’est d’abord en soutien, parce que je pense indispensable que vive et se développe un média LGBT indépendant et militant.
Pierre Serne

——

Pourquoi je me suis abonné à Yagg? Principalement par soutien et ne pas voir disparaître le dernier media gay. J’avais auparavant un abonnement à Têtu, et depuis sa disparition, je me suis tourné vers Yagg et ainsi pris un abonnement.
J’aime pouvoir lire tout genre d’articles représentant notre «communauté», je me sens représenté. Déjà que ne plus avoir mon Têtu sur la plage l’été me chagrine, mais ne plus avoir de media gay du tout serait vraiment regrettable!
Courage!!
Manu

——

Hello la Yagg Team!
Je me suis abonnée parce que vous êtes les meilleurs.

smiley

 

Solange

——

Je suis un lecteur de Yagg depuis plusieurs années. M’abonner à Yagg est pour moi militant… et je dois reconnaitre que c’est une des rares choses que j’ai faite en dehors de participer aux marche des fiertés et d’aller aux manifs pro mariage. Je suis traumatisé par la disparition de Têtu qui, même si il n’était pas parfait, donnait une source d’information et était un magazine que je lisais avec plaisir chaque mois. J’allais franchir le pas de l’abonnement quand il était trop tard. Je pense que des journaux comme Yagg et Têtu m’ont sauvé la vie.

J’ai suivi un TPE (Traitement Post Exposition) dans les 4 heures suivant une rupture de préservatif avec quelqu’un dont je ne connaissait pas la sérologie. Je pense que sans des médias LGBT, je n’aurais pas connu cette possibilité. On parle souvent d’acquis… mais rien n’est jamais acquis. Le climat est de plus en plus conservateur et avec la montée du FN on ne sait pas de quoi demain sera fait. Il faudra peut être se battre dès 2017 pour défendre nos droits et comment ferons-nous sans grand média LGBT?

Je serais prêt à adhérer à une association d’aide Yagg et faire un don si cela était défiscalisé. N’y aurait il pas un moyen en ce sens?* Bon courage et appelez-nous à l’aide avant qu’il ne soit trop tard.

Julien

*Les dons à la presse en ligne et à Yagg en particulier sont possibles sur la plateforme J’aime l’info. Pour les particuliers soumis à l’impôt sur le revenu, cette déduction représente 66 % du montant du don: si vous donnez 50 euros, il ne vous en coûtera que 17 euros.

——

Après la disparition de Têtu, ce serait vraiment dommage de voir disparaître un autre support pour les LGBT.
Voilà pourquoi je me suis abonné.
Sébastien

——

Je me suis abonné à Yagg parce qu’une France sans média LGBT pour porter nos couleurs serait en régression, nous devons être informés, représentés et visibles! Bon courage à toute l’équipe et longue vie à Yagg !
anonyme

——

stephane exposito-carnouvasYagg doit vivre!

S’abonner à Yagg:

C’est soutenir la presse militante et engagée dans la lutte contre toutes les discriminations.
C’est permettre que les médias LGBT puisse continuer d’exister et se diffuser le plus largement possible.
C’est permettre au plus grand nombre d’être informé et lutter ainsi contre l’isolement qui peut parfois tuer.
C’est donner les moyens aux médias LGBT d’être un pouvoir de pression, d’alerte face aux attaques incessantes des ultra conservateurs contre les droits humains.
C’est lutter contre la lesbophobie, la transphobie et l’homophobie.

Stéphane Exposito-Carvounas

——

Je me suis abonnée car sur Yagg, je trouve des informations ciblées sur l’actualité LGBT, mais j’y trouve aussi une ouverture sur le monde.
J’ai envie qu’un tel média continue à vivre, et à m’informer.
Claire

——

Si vous aussi, vous souhaitez vous abonner, c’est ici.