La ministre de la Santé Marisol Touraine a annoncé ce matin qu’elle mettait fin à l’interdiction du don du sang pour les gays. L’exclusion permanente datait de 1983.

Le scénario retenu est l’ajournement du don du sang pour les homosexuels masculins et une période d’abstinence de 12 mois. Cette période d’abstinence est limitée à quatre mois pour les hétérosexuels multipartenaires. C’est en tout cas le scénario prévu pour 2016, la ministre de la Santé ayant expliqué dans une interview au Monde que «les premiers dons nous permettront de réaliser des études et, s’il n’y a pas de risques, les règles qui s’appliquent aux homosexuels seront rapprochées des règles générales l’année qui suit.»

Depuis ce matin, les réactions des responsables politiques et des associations se sont multipliées et elles sont très diverses. Certain.e.s applaudissent quand d’autres critiquent la mesure d’ajournement.

Le député EELV Sergio Coronado, un des rares parlementaires out, a choisi de réagir avec humour à cette mesure:

Si je comprends bien pour le don du sang, c’est désormais possible pour les gays qui seraient croyants mais pas pratiquants. Le ridicule n’est pas loin et la discrimination non plus..

Posté par Sergio Coronado sur mercredi 4 novembre 2015

 
En deux tweets, Jean-Luc Romero – qui sera ce soir l’invité du Grand Journal, sur Canal +, pour revenir sur le sujet, salue l’avancée, mais…:

Anne Hidalgo, maire de Paris, a également réagi ce matin sur Twitter:

«UN PROGRÈS SOLIDE» POUR HES, «UNE AVANCÉE ENCORE INSUFFISANTE» POUR SOS HOMOPHOBIE
SOS homophobie se réjouit de «la fin de l’exclusion systématique et à vie des homosexuels et bisexuels masculins des dons de sang mais regrette très fortement le maintien des discriminations fondées sur l’orientation sexuelle. Cette évolution ne met pas fin à la stigmatisation des hommes gays et bisexuels et entretient ainsi l’homophobie et la biphobie. L’association demandait un alignement des conditions du don de sang des hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes sur le reste de la population, soit un ajournement de quatre mois pour tou.te.s uniquement en cas de prises de risques. Elle réitère son attachement à la mise en place de critères d’exclusion fondés non pas sur la notion de “population à risque” mais sur celle de “comportement à risque”. À l’occasion de la concertation organisée ces derniers mois par le ministère de la Santé, SOS homophobie a également fait part de ses inquiétudes sur le possible fichage des homosexuels et bisexuels dans le cadre des dons de sang. L’association demande aux pouvoirs publics que les conditions de collecte d’informations sur les donneurs soient clarifiées et qu’aucune donnée mentionnant leur orientation sexuelle ne soit conservée.»

La Lesbian and Gay Pride Montpellier, elle, dénonce une «mascarade»: «La ministre de la santé Marisol Touraine annonce l’ouverture progressive du don du sang aux homosexuels en 2016 sous condition d’abstinence sexuelle pendant 12 mois! La Lesbian & Gay Pride Montpellier regrette ce préalable irréaliste et cette “autorisation” absurde! La ministre se satisfait de la fin d’une discrimination qu’il faudrait donc applaudir. Non, définitivement nous nous y refusons. Si cette discrimination est levée sur le principe, elle est maintenue dans sa forme! Le principe d’égalité impose les mêmes règles pour tous. Le compte n’y est donc pas. Cette condition d’abstinence est aussi hypocrite qu’inhumaine! […] Nous déplorons la fébrilité avec laquelle le sujet est traité. La Lesbian & Gay Pride Montpellier regrette que la Ministre ait fait le choix de ménager les partisans et les opposants à l’ouverture du don du sang. Au final, tout le monde est perdant en particulier les personnes bénéficiaires de ces dons potentiels. Vouloir être des citoyens solidaires ne doit pas nous obliger à la frustration ou au mensonge! En effet, le principe déclaratif des 12 mois d’abstinence n’est ni vérifiable ni contrôlable sauf à ce que le gouvernement entre dans toutes les chambres de France.»

«Le candidat François Hollande déclarait: Il n’y a pas de “population à risques”, mais des “pratiques à risques”, rappelle pour sa part GayLib. En 2015, devenu Président de la République, il renie son engagement d’ouvrir le don de sang aux Hommes ayant des relations Sexuelles avec des Hommes (HSH) aux mêmes conditions que pour les hétérosexuels. Désormais les HSH pourront donner leur sang après 12 mois d’abstinence sexuelle. GayLib rappelle qu’en avril dernier suite à son audition par Arnaud Richard (UDI) ce dernier avait porté l’amendement suivant: “nul ne peut être exclu du don de sang en raison de son orientation sexuelle” au projet de loi Santé actuellement en débat; amendement supprimé en commission  au Sénat et rétabli en séance par Olivier Cadic (UDI). En instaurant des conditions particulières et dédiées au don de sang des seuls HSH, l’arrêté de Madame Touraine ne respecte donc en rien l’esprit de cet amendement. La position adoptée par la ministre est d’autant plus surprenante eut égard aux pénuries de sang constatées régulièrement par l’Etablissement Français du Sang. Ce gouvernement socialiste met donc fin à une interdiction pour la remplacer par une discrimination.»

HES (socialistes lesbiennes, gais, bi et trans) de son côté se montre logiquement moins sévère et «salue la levée de l’exclusion systématique des gays du don du sang et de plasma, fruit d’une décision concertée. De plus, le dispositif choisi, prévoyant une étude sur la base des premiers donneurs de plasma HSH, permet d’appuyer les décisions à prendre sur des connaissances claires et récentes. Cette décision marque la fin d’une règle héritée d’un temps, plus sombre, où l’on n’avait pas les connaissances scientifiques aujourd’hui à notre disposition à propos du VIH-Sida. Et nous savons que le règlement définitif de cette question suppose de gagner un combat bien plus vaste: vaincre le sida. Restons mobilisé.e.s!»

D’autres, militants ou non, ont choisi l’humour pour critiquer l’abstinence forcée pendant un an pour les gays et les HSH alors qu’elle est de quatre mois pour les hétérosexuels:

Nos derniers articles sur le don du sang.