«Est puni de l’emprisonnement de six mois à trois ans et d’une amende de 200 à 1000 dirhams, à moins que le fait ne constitue une infraction plus grave, quiconque commet un acte impudique ou contre nature avec un individu de son sexe.» Au Maroc, c’est sur l’article 489 du code pénal que s’appuie la criminalisation de l’homosexualité. En découlent arrestations, agressions, gros titres racoleurs des journaux (on se souvient notamment de Maroc Hebdo demandant en Une s’il faut «brûler les homos»)… Plusieurs actions cet été ont attiré l’attention sur cette pénalisation, dont le baiser partagé par deux militantes françaises des Femen et le message de Stefan Olsdal, bassiste ouvertement gay du groupe Placebo, lors du concert du groupe au Festival Mawazine (lire Au Maroc, Placebo et les Femen réclament la dépénalisation de l’homosexualité).

La dépénalisation est-elle d’actualité, comme le recommandent les Nations Unies? Non, répond le ministre du Tourisme marocain, Lahcen Haddad, interviewé par Metronews à l’occasion du salon du tourisme Top Resa qui se tient actuellement à Paris. «Il y a aujourd’hui un basculement des sociétés entre le libéralisme et le conservatisme, explique le Lahcen Haddad. Vous le voyez ailleurs, aux États-Unis et dans d’autres pays. Le Maroc a basculé dans un certain conservatisme et il faut le prendre en considération quand on entame des débats sur ce genre de questions.

«Au Maroc, ce débat existe, mais il n’a pas encore été ouvert de façon formelle. (…) Je ne crois pas que nous y soyons suffisamment préparés.

«Sur la question que vous avez évoquée comme sur d’autres, il faut prendre en considération l’évolution de la société marocaine et attendre le moment opportun pour le faire, poursuit-il. Le Maroc a toujours su utiliser son intelligence collective pour trouver des solutions: diviser, ce n’est pas notre façon de faire. Nous préférons chercher un juste milieu entre les positions parfois fondamentalement opposées. C’est ce que nous faisons actuellement en ouvrant un débat sur le code pénal.»

Lire l’entretien en intégralité.

Nos derniers articles sur le Maroc.