Envie de voir un film? Voici deux idées de sorties récentes en DVD ou VOD (chez notre partenaire Universciné, notamment).

SOMETHING MUST BREAK

Something Must BreakLa réalisatrice Ester Martin Bergsmark cherchait à faire un film onirique et naturaliste avec Something Must Break. Et on est effectivement transporté.e dans un monde à la fois teinté d’irréel mais aussi terriblement concret. Un monde dans lequel Sebastian, androgyne, tente d’évoluer tout en cherchant à se définir. Un monde parfois empreint de violence dans lequel Sebastian (Saga Becker) rencontre Andreas (Iggy Malmborg). Le coup de foudre est improbable mais il a lieu. Et l’on regarde cette histoire aussi fragile que passionnée se dérouler. La réalisatrice a passé plus de deux ans à chercher qui pourrait incarner Sebastian. Son choix s’est fixé sur Saga Becker, «un jeune homme qui ressemble à une jeune fille, qui mène sa vie en tant que femme dans un corps d’homme», indique-t-elle dans le dossier de presse. La question du genre est d’ailleurs centrale dans ce film où le regard des autres façonne l’identité. Il s’agit du premier long-métrage de la réalisatrice. Il a reçu le Tigre d’Or au Festival de Rotterdam.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Something Must Break – Bande-annonce officielle

LE SECRET DE KANWAR
affiche le secret de kanwar-001Comment se construit l’identité? Qu’est-ce qui fait que l’on est un homme ou une femme? Pendant des années, Kanwar ne se pose aucune question. Il est le benjamin de sa famille, seul frère de trois sœurs. Jusqu’au jour où il se marie et découvre qu’il n’est pas qui il croit être. Découverte, menacée, Kanwar tente de protéger la femme qu’elle a épousée, Neeli.

La quête de l’identité de Kanwar fait écho à celle de son père, anéanti par le déchirement de son pays – le film débute en 1947, avec l’indépendance de l’Inde et du Pakistan.

La première partie du film, que le réalisateur Anup Singh a porté pendant 12 ans, est ancrée dans la réalité, la description, puis la seconde vire au surnaturel, plus proche du titre en anglais (Qissa: The Tale of a Lonely Ghost). Et c’est là qu’Anup Singh oublie un peu ses spectateurs/trices. Le film ralentit sensiblement, se perd dans la contemplation alors qu’il aborde ses questions les plus profondes: Kanwar se cherche, se découvre femme, qui plus est femme amoureuse d’une autre femme (ce qui donne lieu à une très jolie scène), menacée par ceux qui la pensaient homme, confrontée à la nécessité de se protéger et de protéger son épouse. Et lorsque pour cela elle cède à l’hétéronormativité, sa capitulation est vaine.

Le Secret de Kanwar est à voir pour les questions qu’il pose, les ambiguïtés qu’il met en œuvre. Même s’il laisse sur le bord du chemin. JS

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur LE SECRET DE KANWAR Bande Annonce (2014)

Le Secret de Kanwar, d’Anup Singh, avec Tillotama Shome, Irrfan Khan, Tisca Chopra, Rasika Dugal…