Journaliste de formation, Anne Delabre est une cinéphile passionnée, que l’on croise régulièrement dans les festivals LGBT ou encore Cinéffable. Elle a lancé en 2013 Le 7e Genre, un ciné-club pour décrypter les représentations LGBT sur grand écran.

En avant-première de la rentrée du ciné-club, mercredi 16 septembre à 19h, Le 7e Genre organise une rencontre-débat autour des films adaptés d’œuvres littéraires et théâtrales questionnant les genres et les sexualités minoritaires à la librairie Violette and Co (102, rue de Charonne, 75011 Paris).

Dans l’interview qu’elle nous a accordée, Anne Delabre nous présente les nouveautés 2015 du 7e Genre.

anne delabreQuelle est la particularité de ce ciné-club? À Paris, il existe des ciné-clubs dans différentes salles, notamment dans le Quartier latin, mais aucun n’a pour approche spécifique les questions de genres et LGBT. C’est la particularité du 7e Genre: proposer des œuvres de toutes époques et de tous pays, les décrypter en portant l’attention sur ces problématiques. Il ne s’agit pas de programmer des films «étiquetés» LGBT mais plutôt de s’intéresser aux représentations des genres et des sexualités minoritaires dans des films de tous styles, connus ou moins connus.
Comment concevez-vous la programmation? Le choix des films est un savant équilibre entre des envies personnelles, la volonté de présenter une programmation variée mais aussi des contraintes juridiques et financières (obtenir les droits du film à un tarif acceptable) et matérielles (trouver un copie 35 mm ou un support numérique), autant dire que ce n’est pas toujours simple!

Vous débutez lundi 21 septembre la saison 2015-2016 avec le second film de Catherine Corsini, Les Amoureux, en sa présence. Pouvez-vous nous en dire plus sur ce film? Les Amoureux, un film que j’avais vu à sa sortie en 1994 durant mes (lointaines!) années étudiantes, m’avait beaucoup marquée. Une réalisatrice et des acteurs encore peu connus, une histoire qui abordait à la fois la question de la découverte de l’homosexualité et celle de la relation frère-sœur dans toute sa complexité, la confusion de sentiments, l’amour et le sexe… J’ai mis cette œuvre dans ma liste de programmation dès le début du ciné-club, il y a plus de deux ans, car il correspond parfaitement à l’esprit du 7e Genre, qui est aussi de faire (re)découvrir des films peu diffusés. La sortie du dernier film de Catherine Corsini, La Belle Saison, le mois dernier, nous a donné l’occasion de faire la passerelle entre l’actualité cinématographique et le ciné-club, avec l’homosexualité comme fil conducteur. Catherine Corsini était très contente que Les Amoureux soit programmé en ouverture de la nouvelle saison et a accepté tout de suite l’invitation à débattre avec le public à l’issue de la projection.

Justement, chaque projection se fait en présence d’un.e ou de plusieurs invité.e.s. En quoi est-ce important? L’idée est de prolonger le visionnage d’un film en proposant un dialogue entre le public et un.e ou plusieurs spécialistes, choisi.e.s en fonction de leur expertise: réalisateur/trice, scénariste, acteurs/trices, critiques de cinéma, universitaires spécialisé.e.s etc. C’est l’occasion pour le public de parler de son ressenti, de questionner l’œuvre diffusée et de la replacer dans un contexte plus large. Nous essayons de trouver des personnalités en adéquation avec l’œuvre présentée mais avec toujours une volonté de varier les plaisirs…

Nouveauté cette année, la création de l’association Le 7e Genre. Dans quel but? Le ciné-club existe depuis avril 2013 et l’association a été créée en février 2015 pour pérenniser et développer les activités du 7e Genre: financer la location et le sous-titrage de copies, la diffusion des programmes, le défraiement d’intervenant.e.s qui viennent parfois de loin, organiser des soirées spéciales, etc. Adhérer, c’est montrer son soutien à cette aventure cinéphilique et militante, mais aussi devenir membre d’un «club» qui apprécie cette expérience collective unique de «vivre un film» dans une salle obscure. La convivialité, c’est aussi des événements exceptionnels, comme une grande soirée festive à la fin de la saison (en juin), dans un superbe lieu mais chut… Surprise!

Toutes les infos sur le ciné-club et la programmation sur le site du cinéma Le Brady, qui l’héberge. Et sur la page Facebook du 7e Genre.