«Après avoir discuté pendant des siècles de savoir si l’homosexualité doit être considérée comme une maladie, pour la première fois nous démontrons que la vraie maladie à guérir est l’homophobie, associée à des psychopathologies potentiellement graves.» Emmanuele Jannini, professeur d’endocrinologie et de sexologie médicale de l’université de Rome Tor Vergata et président de la Société italienne d’andrologie et de médecine sexuelle, est l’un des auteur.e.s d’une étude publiée le 8 septembre par le très sérieux Journal of Sexual Medicine (JSM) selon laquelle les attitudes homophobes sont souvent associées au psychotisme, à des mécanismes de défense immatures et à l’attachement craintif. Les personnes qui souffrent de dépression seraient en revanche moins enclines à l’homophobie.

L’étude, menée sur 560 étudiant.e.s italien.ne.s de 18 à 30 ans, définit l’homophobie comme une aversion psychologique et sociale qui se traduit par la discrimination des personnes homosexuelles, pouvant aller jusqu’à des actes de violence.

Les auteur.e.s de l’étude ont commencé par évaluer la santé mentale des 560 étudiant.e.s selon le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5) pour exclure les troubles graves comme les psychoses. Neuf sujets ont été exclus, les autres (390 femmes, 161 hommes, très majoritairement hétérosexuel.le.s et catholiques, de tous bords politiques) ont ensuite dû répondre à trois questionnaires: le premier évaluait les niveaux d’homophobie, le deuxième les mécanismes de défense et les stratégies d’adaptation, le troisième les symptômes psychopathologiques.

L’étude a également montré que «le genre joue un rôle important: il a un impact considérable sur les niveaux d’homophobie, les hommes sont plus homophobes que les femmes. Les auteur.e.s mettent néanmoins en garde sur le fait que l’étude ne prend pas en compte les critères socio-démographiques, et que l’homophobie est aussi liée à l’âge, l’opinion politique, la religion, la nationalité. L’analyse de ces facteurs est en cours et devrait donner lieu à une nouvelle publication.

Via GayStarNews.