Marvel a été très clair avec Sony: au cinéma, Peter Parker doit être blanc et hétéro (lire Quand Spider-Man ne pouvait être ni gay ni noir [Big Browser, Gawker]).

Mais pour Andrew Garfield, qui a incarné l’homme-araignée à l’écran dans plusieurs films, ces consignes n’ont pas de sens. «J’attends avec impatience le jour où nous n’aurons plus besoin d’avoir cette conversation, où nous pourrons avoir un Spider-Man pansexuel», a-t-il déclaré à Mic lors d’une interview de promotion de son nouveau film, 99 Homes.

«La richesse du monde dans lequel nous vivons, la diversité du monde dans lequel nous vivons, poursuit-il, elle se reflète dans le règne animal. De quoi avons-nous si peur? Pourquoi disons-nous, “Oh non, ça doit être comme ça, un homme et une femme”. Pourquoi est-ce que c’est un sujet de conversation?»

Mic rappelle que ce n’est pas la première fois qu’Andrew Garfield évoque un Spider-Man non-hétérosexuel. Dans un entretien à Entertainment Weekly en 2013, il s’interrogeait: «Pourquoi ne pouvons-nous pas voir Peter explorer sa sexualité? Ça n’aurait rien de révolutionnaire! Pourquoi ne peut-il pas être homo?»

«Nous avons peur de ce qui n’est pas nous, explique l’acteur à Mic. L’amour, c’est l’amour. La peau, c’est la peau. La chair, c’est la chair. Nous sommes tous faits de la même façon. Je n’ai pas de préférence.»

«Ce qui fait la beauté de Spider-Man pour moi, c’est qu’il est recouvert des pieds à la tête. C’est pour cette raison que nous nous disons tou.te.s que ça pourrait être nous dans ce costume. On ne voit pas la couleur de sa peau. On ne voit pas son orientation sexuelle. On ne voit pas quel âge a la personne, son genre, tout ça.»