À lire dans The Guardian (en anglais), un article sur la communauté lesbienne tunisienne, et l’association Chouf, créée en juin 2014, qui s’adresse aux femmes lesbiennes, bies et trans’. «Nous avons fondé Chouf en raison d’un besoin urgent de créer un espace sûr, sans lesbophobie ni transphobie, où les voix des femmes trouvent leur place et sont prises en compte, explique Salander, l’une des fondatrices. Notre but est de travailler sur la double oppression que rencontrent les femmes dans notre société patriarcale et misogyne, et de nous concentrer aussi sur les droits sexuels et corporels.»

Cours d’autodéfense, ateliers sur la cybersécurité, événements culturels, Chouf ne chôme pas dans un pays où, en vertu de l’article 230 du Code pénal, l’homosexualité est passible de trois ans d’emprisonnement.

À lire sur le site de The Guardian.

Lire aussi:
En Tunisie, deux militantes pour les droits LGBT attaquées en une semaine
Une pétition pour soutenir les LGBT de Tunisie

Tous nos articles sur la Tunisie.