En vue de l’organisation des États généraux LGBTI, qui se tiendront à Avignon du 13 au 15 novembre, les signataires du Manifeste LGBT, publié le 3 octobre 2014, sont invité.e.s depuis le début de l’été à faire des propositions, partager leurs idées, préciser les sujets qui leur semblent primordiaux. Un comité de pilotage, composé de cinq associations – Les Bascos (Aquitaine), La Station – Centre LGBTI de Strasbourg (Alsace), Exaequo – Reims (Champagne Ardenne), association ALERTE – Rodez ( Aveyron), association Le Jardin des T (Rhône-Alpes) – auxquelles s’ajoutent, à titre individuel, Nadège Lefeuvre d’Homogène – centre LGBT Le Mans, Neole de WeAreLesFilles et Thomas Fouquet Lapar de Solidarité Internationale LGBT, a été chargé de synthétiser les contributions et de préciser les thématiques des ateliers et plénières, indique un communiqué.

Deux thèmes se distinguent: appropriation d’un état des lieux du militantisme LGBTI (qui sommes-nous? que faisons-nous et comment?) et appropriation d’un plaidoyer commun. «Ce groupe va continuer ce travail cet été, affiner les questions et les thématiques, toujours en se basant sur les nombreuses contributions des signataires pour ainsi mieux répondre directement à leurs attentes réelles», précise le communiqué.

Depuis sa publication, le Manifeste LGBT a été signé par plus de 80 associations.

«La sphère militante LGBT française est riche d’une très grande diversité dans ses formes et dans ses modes d’action, indiquait en décembre dernier Erwann Le Hô, instigateur, avec Christine Nicolas, du Manifeste LGBT. Nous avons la responsabilité de nous écouter les un.e.s les autres pour trouver des moyens d’avancer efficacement ensemble.»

Pour signer le manifeste, rendez-vous sur le site dédié.