En mai dernier, Tony Abbott, le Premier ministre australien, affirmait qu’il appartenait au Parlement de se prononcer sur l’ouverture du mariage aux couples de même sexe. Alors qu’une proposition de loi a été présentée par des parlementaires de différents partis (dont le sien, le Parti libéral), Tony Abbott a obtenu de ses allié.e.s que les membres de son parti ne soient pas autorisés à voter en faveur du texte (lire Australie: Le débat sur le mariage pour tous au point mort). Tony Abbott estime en effet désormais que c’est au peuple de se prononcer (lire Australie: Vers un référendum sur le mariage pour tou.te.s?).

Ce lundi 24 août, le sujet du mariage pour tou.te.s a été à nouveau abordé lors d’une interview qu’a accordée le Premier ministre à la radio 2UE (à écouter ci-dessous, à partir de 12’17). Justin Smith, qui menait l’entretien, a évoqué une vidéo publiée en juillet par un ancien joueur de footy (le football australien), Lachlan Beaton, qui explique les difficultés qu’il a eues à faire son coming-out, la dépression qui a découlé de ce secret, parce qu’il pensait qu’être homosexuel était mauvais. «Je suis tout à fait prêt à dire qu’il n’y a pas de mal à être homo, a répondu Tony Abbott. Il me semble qu’il est très clair qu’il y a deux questions en jeu ici. L’une porte sur les droits et la dignité de chacun quelle que soit sa sexualité, et l’autre est de savoir si nous voulons nous engager sur la voie du mariage des couples de même sexe, et je crois que ce sont deux questions différentes.»

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Prime Minister Tony Abbott calls in to Justin Smith: Mabo, Dyson Heydon and more

«Je ne dis pas qu’il ne peut pas y avoir de changement, a-t-il poursuivi. Il y a beaucoup de choses que l’on croyait immuables par le passé qui ne l’étaient finalement pas. Il y a des choses qui nous semblaient dans l’ordre naturel des choses par le passé dont nous pensons aujourd’hui qu’elles étaient tout bonnement immorales et c’est tout à notre honneur de le penser désormais. Je ne dis donc pas que le changement est hors de question, je dis simplement que si changement il doit y avoir, il devrait être effectué par le peuple, pas simplement par le Parlement.»

Et si le peuple décide qu’il veut ce changement, Tony Abbott le soutiendra-t-il sans réserve? «À l’évidence je l’accepterai sans réserve parce que c’est ce qu’il faut faire dans une démocratie. Quand le peuple se prononce sur un sujet qui lui a été légitimement soumis, il faut respecter sa décision.»

Selon un récent sondage, publié par Fairfax/Ipsos la semaine dernière, 69% des Australien.ne.s sont favorables au mariage égalitaire.

Nos derniers articles sur l’Australie.