L’Obs publie un portrait de Tim Rymel, autrefois chef d’une organisation américaine prônant les thérapies de conversion, et désormais militant engagé contre le mouvement ex-gay. Président de Love In Action entre 1991 et 1996, Tim Rymel est l’auteur de Going Gay («Devenir Gay») un ouvrage dans lequel il raconte son enfance dans une famille chrétienne évangélique, son coming-out, puis ses tentatives de «résoudre le problème». Aujourd’hui, il sait que vouloir changer l’orientation sexuelle d’un individu est vain, mais aussi dangereux: «C’est un fantasme dont on peut se persuader si l’on veut être conforme aux volontés de la société et des gens qui nous entourent. Mais on vit alors dans l’erreur. Tout est caché derrière un rideau et ne demande qu’à ressortir.»

Avant Tim Rymel, d’autres figures médiatiques du mouvement ex-gay américain avaient aussi publiquement déclaré l’inefficacité et la nocivité de telles pratiques, comme Alan Chambers en 2013 qui avait annoncé la fin de l’activité de son organisation, Exodus, un an après avoir reconnu qu’il n’est pas possible de «guérir» l’homosexualité.

A lire sur L’Obs.