Les militant.e.s LGBT et/ou de la lutte contre le sida sont en deuil aujourd’hui. Kévin Gagneul a perdu son combat contre la maladie ce matin du 21 août. Il avait 32 ans. Les lecteurs et les lectrices de Yagg se souviennent sans doute du blog qu’il tenait depuis 2010, Mon truc en +. Beaucoup avaient été bouleversé.e.s notamment par son premier post, où il parlait de sa séroconversion et de l’annonce à ses proches, Au commencement était le verbe : contaminer. C’est sur ce blog également que ce grand fan de Tina Turner et de Maria Callas avait annoncé il y a un an souffrir d’un sarcome de Kaposi. Une maladie qui aura finalement eu raison de lui.

«Je n’ai jamais vu quelqu’un subir autant médicalement et garder une telle force, une telle joie de vivre», confie avec émotion un ami. Ce dernier raconte ensuite une anecdote. «En sortant de l’hôpital il y a quelques mois, il était très faible et nous sommes allés manger un morceau. Nous avons beaucoup ri et il a dragué le boulanger hétéro.»

Tou.te.s les proches à qui nous avons parlé mettent en avant le caractère pugnace de Kévin, sa générosité, son humour et sa culture.

L’humour, c’est peut-être Jean-Philippe, alias Charlène Duval, qui en parle le mieux: «Il était plus jeune que moi, mais nous avions le même humour. On pouvait rire des choses anciennes, grâce à ses connaissances historiques. Un jour je l’ai vu sur Gayromeo et avec le pseudo Germaine Coty [femme du deuxième et dernier président de la IVe République] et la photo de Germaine en illustration de profil. Je lui ai alors offert un t-shirt René Coty, fait avec le même style que le fameux t-shirt Obama.»

«Sa culture était immense, renchérit l’ami cité un peu plus haut. Il a souffert jusqu’au bout de ne pas avoir repris ses études d’histoire, peut-être plus que de sa maladie.» «Son désir, c’était d’enseigner l’histoire, confirme Jean-Philippe. Il avait une passion pour l’Egyptologie et bien sûr pour la IVe République.»

UN PARCOURS MILITANT TRÈS RICHE
Kévin Gagneul était aussi et avant tout un grand militant de gauche, pour les droits des minorités sexuelles et contre le VIH (il avait également participé à la vidéo Je lutte contre les préjugés de note campagne Sexe, prévention et vidéos). Établir son parcours n’est pas simple d’ailleurs, tant il a été riche.

Pour commencer, il a beaucoup milité au Parti socialiste. Le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, a d’ailleurs fait part de sa «grande tristesse» sur Twitter:

Kévin était membre d’HES. Il est également passé par le Mag, le Centre LGBT, Contact, Flag! (il évoquait son bref passage dans la police, interrompu à cause du VIH sur son blog: Pas de virus à l’Intérieur! ) ou l’Inter-LGBT. Il fut également brièvement salarié d’une association de lutte contre le sida.

Gilles Bon-Maury se souvient de son passage à HES, alors que lui-même en était le président: «Il n’a jamais cédé du terrain sur ses idées. Et il était capable de tout traiter avec humour. Mercredi, à l’hôpital, il faisait encore des vannes.»

Denis Quinqueton se souvient l’avoir rencontré à la fin de la bagarre sur le Pacs. «Il était déjà très étonnant, indique-t-il. C’était quelqu’un de non-aligné, ajoute le président d’HES. Aucune organisation ne peut parler à sa place. Il était drôle, riche, foisonnant, incisif. Il nous avait aidé.e.s notamment sur la prostitution, en nous mettant en contact avec le Strass.»

Gauthier Caron-Thibault, premier adjoint à la mairie du IIIe de Paris, l’a rencontré à la même époque. Il l’a recruté en 2010 à la mairie pour travailler sur des dossiers liés au logement, au handicap, à la santé. «Il avait un morceau de cœur au bout de chaque doigt, se rappelle l’homme politique. Il était très impliqué sur ses dossiers, sur lesquels il portait toujours un regard très humain. Plusieurs personnes qu’il a rencontrées à l’époque me demandent toujours de ses nouvelles »»

Kévin Gagneul était également franc-maçon. Donald Potard, ancien PDG de Jean Paul Gaultier et franc-maçon, se souvient de leur première rencontre. «C’était à une gay pride. Un garçon vient me voir et me pose une question: “Es-tu Donald?”. Je confirme et là il me roule une pelle. “En quel honneur?”, lui ai-je demandé? “Parce que tu as fait les Enfants de Cambacérès [La loge maçonnique gay-friendly].” Il trouvait ça génial.» «C’était un personnage très lumineux, poursuit Donald Potard. Il avait besoin de parler sans cesse et avait des idées originales et passionnantes.»

Une cagnotte a été lancée pour aider sa famille à payer les obsèques, dont la date n’est pas encore connue. La dernière fois que Charlène Duval a vu Kévin à l’hôpital, il lui a lancé: «J’espère que ta grande robe noire est prête. Parce que c’est le moment.» Un mélange de lucidité et d’humour qui était l’une des marques de fabrique de Kévin.

Ci-dessous, l’hommage de Pierre Commoy, de Pierre & Gilles:

 

Reposes en paix cher Kévin Gagneul <3

Posted by Pierre Commoy on vendredi 21 août 2015

 

L’équipe de Yagg s’associe à la douleur de ses proches et de ses ami.e.s.