Pour Phil Robertson, directeur adjoint de l’ONG Human Rights Watch (HRW) pour la division Asie, les déclarations de Datuk Seri Najib Razak, le Premier ministre de Malaisie, lors de l’International Wasatiyyah Seminar, ne passent pas. Mardi 18 août, en ouverture de la session 2015, dont le thème est «Islam et jeune génération: défis et espoirs», Datuk Seri Najib Razak a expliqué que les droits humains devaient être définis dans le contexte de l’Islam et de la charia dans le pays. Notant l’augmentation de groupes extrémistes et libéraux, il a mis sur le même plan Daesh et la communauté LGBT: «Ces groupes se cachent derrière une façade de droits humains pour faire approuver leurs actions qui dévient des enseignements islamiques, a affirmé le Premier ministre malaisien. Ces groupes incluent Daesh et la communauté lesbienne, gay, bi et trans (LGBT) et ciblent les jeunes pour étendre leurs idéologies, et il semble qu’ils parviennent à les influencer.»

«La conséquence logique de cela serait que la Malaisie démissionne de l’ONU», a répliqué Phil Robertson lors d’une conférence de presse, cité par The Malay Mail Online. selon le défenseur des droits humains, les gouvernements ne tiennent ce type de propos que lorsqu’ils veulent violer les droits humains.

«C’est scandaleux de la part de Najib Razak de comparer les LGBT et Daesh! a-t-il ajouté sur Twitter. Cela montre son désespoir politique, son peu de respect pour les droits.»

Cet échange intervient alors que Human Rights Watch prépare un rapport annoncé comme «accablant» sur les violations de la liberté d’expression en Malaisie.

Via PinkNews.