[mise à jour, 19 août] Ajout du licenciement de Patrick Couderc.

Dans une interview au Daily Mail, Patrick Couderc, directeur de la filiale britannique de la maison de prêt-à-porter américaine Hervé Léger, a clairement affirmé que les créations de la marque n’étaient pas faites pour les femmes «voluptueuses» «aux hanches proéminentes et avec très peu de poitrine». Hervé Léger est réputée pour ses «robes bandage» très moulantes souvent arborées par les actrices hollywoodiennes lors des cérémonies. Le directeur a poursuivi en ajoutant que les «lesbiennes convaincues qui ont porté des pantalons toute leur vie» ne souhaiteraient jamais porter de vêtements aussi rapprochés parce qu’elles préfèrent être «masculines et décontractées.»

Si ces propos profondément grossophobes et lesbophobes font actuellement réagir, le reste de l’interview accordée contient d’autres remarques particulièrement écœurantes. Patrick Couderc estime en effet qu’il a le droit de dire comment une femme doit s’habiller: «Vous avez deux millimètres de tour de taille en trop, ce n’est pas vraiment un désastre, et ce que vous ne remarquez pas, c’est que votre décolleté est lui trop profond de cinq centimètres, parce que vous avez 55 ans et qu’il est temps pour vous d’arrêter de tout déballer comme si vous en aviez 23.» Sexiste, Patrick Couderc ne s’arrête pas en si bon chemin et entonne pour conclure la rengaine du «c’était mieux avant» sur fond de classisme: «Quiconque portait des bas travaillait dans un bureau de banque de St James et quiconque n’en portait pas revenait de son boulot de shampooineuse dans un salon de High Street pour aller à Croydon. Nous vivions à une époque où les distinctions entre deux strates sociales étaient bien plus significatives qu’aujourd’hui.»

Bisexuelle et voluptueuse, donc pas franchement cliente des robes Hervé Léger, l’humoriste Margaret Cho a réagi sur Twitter pour appeler au boycott de la marque:

Le siège d’Hervé Léger a quant à lui rapidement réagi pour condamner les propos de Patrick Couderc: «Hervé Léger célèbre la sensualité, le glamour et la féminité sans discrimination.» En outre BCBG Max Azria, le groupe qui détient Hervé Léger, a tenu à préciser que Patrick Couderc n’est pas un porte-parole autorisé de la marque, puisqu’il est employé de MJH Fashion, qui en est le distributeur.

La société BCBG n’a pas tardé à mettre fin à sa collaboration avec Patrick Couderc, rapporte Page Six.