Amélie Mauresmo a accouché hier, dimanche 16 août, de son premier enfant. Pour Marine Rome, qui milite au sein de Oui Oui Oui et joue au football avec Les Dégommeuses, l’ex-numéro 1 mondiale de tennis, aujourd’hui coach du n°2 mondial Andy Murray, est un role-model, «une personne publique dont le comportement peut inspirer positivement les jeunes, leurs donner des repères et les aider à se construire».

«Jeune adolescente, j’ai pu m’identifier à elle, j’ai pu mettre un nom sur ce que je ressentais, réaliser que je n’étais pas seule au monde dans cette situation et construire ainsi mon identité», écrit-elle, regrettant que cet exemple n’ait pas été suivi par d’autres athlètes françaises.

Deuxième point qui fait d’Amélie Mauresmo un role-model: elle est une femme qui entraine un homme. Enfin, en annonçant sa grossesse «l’air de rien», l’ex-championne de tennis continue à faire bouger les choses. «L’homoparentalité est un sujet tabou en France, écrit Marine Rome. La PMA n’est pas autorisée pour les couples de femmes dans notre pays et elle constituait la principale revendication des lesbiennes lors des débats sur le mariage pour tous en 2012.»

«La naissance de l’enfant d’Amélie Mauresmo, probablement via une PMA réalisée à l’étranger, est un coup de projecteur important pour les familles homoparentales françaises.»

Une tribune à lire en intégralité sur Le Plus.