Emilie s’est fait larguée, mais sa désormais ex-petite amie lui a fait savoir que ses affaires resteraient chez elle. «Elle veut qu’on se retrouve quand elle ira mieux.» Reproches, chantages affectifs, pressions morales, Emilie est tombée dans le piège d’une perverse narcissique et n’arrive pas à se dépêtrer de cette situation, coincée entre ses sentiments et la nécessité d’échapper à cette personne toxique. Difficile de parler des relations abusives dans le couple, et pourtant avec Moi non plus, Emilie Plateau réussit brillamment grâce à son trait minimaliste à capter pleinement le vide douloureux de l’après-rupture, la solitude, l’absence, et enfin le long processus de sevrage, le deuil d’une relation, jusqu’au moment où l’on est enfin prêt.e à revivre.

extrait moi-non-plus

Moi non plus, Emilie Plateau, Editions Misma, 128 p., 12€.

Cet article est extrait des Lectures de Yagg du 19 juin 2015, à lire en intégralité ici.