En juin, la Cour suprême de Justice de la Nation (SCJN) déclarait inconstitutionnelles les lois interdisant le mariage des couples de même sexe (lire Mexique: la Cour suprême ouvre la porte au mariage pour tout.e.s). Toujours sur la voie de l’égalité des droits entre couples homos et hétéros, la Cour vient de retoquer, par 9 voix contre une, une loi qui prohibait l’adoption par des couples homosexuels dans l’État de Campeche, à l’est du pays.

C’est la Comisión de Derechos Humanos de Campeche (Codhecam) qui avait saisi la Cour suprême. Selon elle, l’article 19 de la Ley Regulatoria de Sociedades Civiles de Convivencia, qui régit les communautés de vie, interdisait de facto l’adoption aux couples de même sexe en mettant en avant un modèle familial traditionnel.

Pour Luis Maria Aguilar Morales, président de la SCJN, peu importe la forme que prend la famille, il faut encourager l’adoption. La loi en vigueur dans cet État depuis décembre 2013 autorise le mariage des couples de même sexe mais réserve l’adoption aux couples hétérosexuels. Elle est donc selon la SCJN inconstitutionnelle, discriminatoire et en violation des droits des mineur.e.s. Selon les juges, les couples, qu’ils soient mariés ou en concubinage, doivent jouir des mêmes droits dont l’adoption d’enfants.

Seul juge à n’avoir pas voté la décision, Eduardo Medina Mora, ex-Procureur général de la République du Mexique (entre 2006 et 2009), a pour sa part expliqué que ce qui doit primer, c’est l’intérêt de l’enfant, pas celui de celles et ceux qui souhaitent adopter.

«Allons-nous préférer qu’il y ait des enfants à la rue – qui sont déjà plus de 100 000 selon les statistiques – qui mendient, sont exploités, livrés à la drogue au lieu de vivre au sein d’une communauté, d’une cohabitation, d’une union familiale – quelle que soit sa nature? (…) C’est une atteinte à l’intérêt supérieur de l’enfant», a estimé pour sa part le président du tribunal.

L’État de Campeche rejoint donc la Ville de Mexico et l’État du Coahuila qui autorisent déjà les couples de même sexe à adopter.

Via Anthony Bellanger.