En Suisse, l’incitation publique au crime ou à la violence est passible d’une peine pouvant aller jusqu’à trois ans de prison. C’est ce que risque l’évêque de Coire, Vitus Huonder pour avoir cité des passages de la Bible condamnant à mort les homos, rapportent Le Matin et 360°. L’association Pink Cross, qui réunit les associations gays suisses, soutenue par son homologue l’Organisation suisse des lesbiennes (LOS), qui rassemble les associations lesbiennes, a annoncé qu’elle allait porter plainte, ce lundi 10 août, contre l’homme d’Église.

Les excuses présentées rapidement par l’évêque, qui a affirmé avoir été mal compris, n’ont pas convaincu les associations. «Nous avons reçu énormément de réactions, a indiqué Bastian Baumann, secrétaire général de Pink Cross, au Temps. Certaines personnes religieuses nous ont appelés pour nous insulter. D’autres, pour nous remercier d’avoir réagi, ou nous dire qu’ils ont quitté l’Église après avoir entendu les propos de Vitus Huonder.» Une pétition publiée sur Change.org circule d’ailleurs sur la toile qui appelle les membres de la Conférence suisse des Évêques (CES) à prendre publiquement position contre les déclarations de Vutis Huonder.

«Ces mots, dont la violence ne pourra échapper à personne, sont précisément les mots scandés par un fanatique religieux lorsqu’il a poignardé 6 personnes, dont une adolescente de 17 ans qui a succombé à ses blessures il y a quelques heures, lors de la Gay Pride de Jerusalem. Ces mots ne sont rien d’autre qu’une incitation au meurtre, qu’une légitimation des crimes homophobes. Ces mots, dans la bouche d’un éminent prélat, sont un poison haineux qui risque d’être à l’origine d’autres crimes homophobes», estiment les signataires du texte.

L’assemblée ordinaire de la CES aura lieu du 31 août au 2 septembre. «Nous ne sommes pas un organe de contrôle des évêques», a déclaré Walter Müller, responsable de la communication auprès de la CES, cité par Le Temps. Nous avons reçu de nombreuses réactions de personnes, catholiques ou non, blessées, suite aux propos de Monseigneur Huonder. La Conférence répondra suite à cette assemblée.» Certains ont déjà fait part de leur malaise suite aux propos de l’évêque de Coire. C’est le cas notamment de Markus Büchel, évêque de St-Gall, qui a adressé vendredi 7 août une lettre aux fidèles dans laquelle il souligne que «l’amour du prochain est la clé d’interprétation de la Bible», indique le portail suisse catholique cath.ch. «Une conduite sexuelle responsable est plus importante pour le bien de la personne que son orientation homo ou hétéro, écrit le prélat. (…) Nous nous réjouissons de chaque relation dans laquelle les partenaires s’acceptent mutuellement en tant qu’enfants aimés de Dieu, dans l’égalité et la valeur, et respectent la dignité de l’autre! (…) une personne et ses relations ne doivent pas être réduites à sa sexualité. (…) Nos connaissances actuelles sur l’homosexualité en tant qu’investissement affectif et orientation sexuelle non librement choisie étaient inconnues à l’époque biblique.»