Après plusieurs mois de controverses au sein de l’équipe organisatrice, le festival de cinéma parisien Chéries-Chéris est-il en train de repartir du bon pied? C’est en tout cas ce qu’escompte le nouveau président de l’association Cyril Legann, qui a pris la suite de Laurent Bocahut. Pour Yagg, il définit les futures orientations du festival, et revient sur le contexte actuel de la culture LGBTQ à Paris.

DES QUERELLES INTERNES QUI ONT FRAGILISÉ LE FESTIVAL?
De fortes dissensions avaient émergé à l’issue de l’édition 2013 du festival entre Pascale Ourbih, présidente de l’association du festival depuis 2008, et Laurent Bocahut, élu en novembre 2013 à ce même poste, mais dont la nomination était alors contestée. S’en étaient suivies de nombreux contentieux, accusations de part et d’autres, et rebondissements qui pendant plusieurs mois ont passablement fragilisé l’image du festival. En mai 2014, à moins de six mois de la 20e édition du festival, le Forum des Images avait finalement annoncé qu’il n’accueillerait pas l’événement, en raison des «difficultés internes de l’association» qui ne permettaient pas «d’élaborer le festival dans les temps». En décembre 2014, quelques jours après l’édition 2014 du festival qui s’était finalement tenue dans deux cinémas MK2 parisiens, à Beaubourg et à Bercy, Pascale Ourbih avait annoncé qu’elle «renonçait» à son titre de présidente: «J’ai décidé de ne plus alimenter la querelle ni de renchérir par des déclarations intempestives. Mon objectif est le règlement définitif de la querelle pour l’épanouissement et la prospérité du festival Chéries-Chéris». L’affaire n’aura finalement pas été portée en justice, comme l’une et l’autre partie l’avaient un temps suggéré.

Désormais, c’est Cyril Legann qui est le président de l’association chargée de l’organisation du festival, Rainbow Submarine, créée en 2014: «L’association du Festival du film gay et lesbien de Paris (FFLGP) n’est désormais plus active, explique-t-il à Yagg, puisqu’en situation d’impayés. Elle n’est plus “à jour”, il n’y a plus de membres, plus de CA. Rainbow Submarine a été créée comme un moyen de poursuivre le festival, notamment grâce aux subventions.» La page a été tournée, mais d’après Cyril Legann, c’est presque un retour à la case départ qu’il a finalement fallu opérer:

«Il a fallu convaincre les différentes institutions que nous étions légitimes.

«Il y a eu une déperdition bien sûr, liée au changement de lieux l’an dernier, lorsque nous sommes passé.e.s du Forum des Images au MK2. De 10000 spectateurs/trices en 2013, l’édition 2014 a ramené 7200 personnes.»

UNE NOUVELLE CONCURRENCE
À cela s’ajoute l’émergence de nouveaux événements LGBTQ, qui inquiète le président de Rainbow Submarine: «Aujourd’hui, il y a une abondance de films LGBT, ça n’a jamais été aussi facile de voir ce genre de films, le public en est abreuvé». Fondé il y a un peu plus de 20 ans, Chéries-Chéris (dont le nom actuel a été choisi en 2009) répondait effectivement à un besoin lors de sa création, celui de présenter des films inédits et jamais visibles dans le circuit traditionnel, à une époque où Internet ne rendait pas non plus accessibles ces créations. Il faut donc proposer, selon Cyril Legann, une «plus-value»: «Un festival aujourd’hui, ce n’est pas qu’une série d’avant-premières». Et la multiplication des événements LGBTQ n’est pas nécessairement une bonne chose selon lui: «Il y a eu la création du Marais Film Festival par Outplay en 2014, qui, même s’il n’a pas la même ambition, a les mêmes prérogatives que Chéries-Chéris et était proche au niveau des dates. Le centre LGBT de Paris prépare un Festival des Cultures LGBT, il y a eu le festival Loud & Proud organisé par la Gaîté Lyrique… Paris n’est pas si nécessiteuse de festivals LGBT, il faut garder la tête froide», assure Cyril Legann.

LA MAIRIE DE PARIS SNOBBE-T-ELLE CHÉRIES-CHÉRIS?
Cyril Legann en profite pour rebondir sur les déclarations de l’adjoint à la Maire de Paris chargé de la Culture Bruno Julliard qui, en mai dernier, affirmait vouloir donner à Paris «un festival LGBT digne de ce nom». Des propos qui avaient à l’époque agacé Cyril Legann. Il s’agit pour lui d’une allusion très claire à la volonté du Forum des Images de récupérer le créneau laissé vacant par Chéries-Chéris. En effet, le Forum des Images aurait commencé à préparer une nouvelle manifestation culturelle autour des thématiques LGBT, prévue pour janvier 2016 en partenariat avec Têtu, mais aussi la Mairie de Paris. Le président de Rainbow Submarine voit dans ce nouveau projet un «caprice» du Forum des Images et fait une critique amère de son expérience dans ce lieu où Chéries-Chéris a pourtant été longuement hébergé, de 1998 à 2005, puis de 2009 à 2014: «Le Forum des Images était peu coopératif, peu enthousiaste et trop rigide: nous sommes mieux chez MK2», conclut-il.

«Si Bruno Julliard souhaite un festival LGBT digne de ce nom, que la Mairie aide Chéries-Chéris!» s’exaspère Cyril Legann, qui pointe une baisse sévère depuis ces trois dernières années des subventions allouées à Chéries-Chéris: de 23000 euros, l’aide de la Mairie de Paris est passée à 16000, puis aujourd’hui à 10000: «La Mairie pourrait justement mettre à disposition des espaces d’affichage, proposer une aide à la communication. Jamais nous n’avons entendu une telle proposition, et je le déplore.» Cyril Legann souhaite rappeler à Bruno Julliard que Paris dispose déjà d’un événement important en matière de cinéma LGBT:

«Un festival LGBT digne de ce nom, il n’y a pas besoin de le créer, il existe déjà! Je trouve que c’est cracher dans la soupe.»

QUOI DE NEUF POUR L’ÉDITION 2015?
L’édition 2015 se tiendra en tout cas du 24 novembre au 1er décembre. «Nous allons privilégier le MK2 Beaubourg avec des films en journée sur deux salles. Chéries-Chéris se déroulera aussi sur un autre site pour les projections événementielles plus prestigieuses et les séances du soir. Nous aurons une plus grande salle aux MK2 Quai de Seine/Quai de Loire.» Un lieu plus accessible que le MK2 Bercy, estime Cyril Legann, mais aussi plus central et plus fréquenté par la communauté LGBT grâce à la proximité du Point Ephémère, du canal Saint-Martin, et de la place de la République. «Cette nouvelle édition devra trouver son équilibre entre cinéma de divertissement et films engagés et politiques» affirme le président de Rainbow Submarine, qui compte bien faire du festival un temps de rencontres et de dialogues autour des films. L’association lancera dès septembre prochain un appel à financement participatif pour cette nouvelle édition de Chéries-Chéris.