Le dernier billet de blog de l’élu PS d’Hénin-Beaumont Stéphane Filipovitch fait couler beaucoup d’encre. Le socialiste y fustige le maire Front national de la ville, Steeve Briois, et surtout les photos de lui à la piscine d’Hénin Plage, qu’il assimile d’abord à une «propagande populiste», avant de s’engager sur un terrain plus virulent encore: «Ces clichés (dans tous les sens du terme) ne sont pas les photos volées d’un paparazzi, violant l’intimité d’un personnage public. Non, ces photos entrent pleinement dans la stratégie de communication de Steeve Briois. Être prêt à tout, se déshabiller pour s’attirer les faveurs, cela porte un nom… Et au delà du fait que cette présence d’un homme photographié dans l’eau avec des mineurs est déjà très “limite”, je crois que nous devons collectivement nous élever contre ce dévoiement de la fonction d’élu.»

STEEVE BRIOIS, CIBLE DE «PRÉJUGÉS HOMOPHOBES»
Révélée par La Voix du Nord, l’affaire prend de l’ampleur. Si l’élu PS se défend de tout sous-entendus assimilant l’homosexualité et la pédophilie, le Front national, lui n’hésite pas à s’emparer de l’affaire en brandissant des accusations d’homophobie: «C’est une opposition qui nous demande sans cesse respect et courtoisie et qui à la moindre occasion nous dégueule dessus, a affirmé au Lab Christopher Szczurek, président du groupe majoritaire à Hénin Beaumont. Même au temps où Marine Le Pen et Steeve Briois ont dégagé du Front les plus radicaux, on n’a pas entendu ce genre de propos. Si Steeve Briois avait une autre orientation sexuelle, il n’y aurait pas eu ce genre d’attaques.» Une lettre ouverte a été publiée sur le blog de Steeve Briois: «Partager une activité avec ses concitoyens, ce serait être fasciste, pédophile et prostitué, avec tout ce que cela suppose de préjugés homophobes!», s’offusquent les élu.e.s FN d’Hénin-Beaumont. Ils/elles en appellent à la démission de Stéphane Filipovitch, ainsi qu’à son exclusion du PS.

HOMOPHOBIE DE CIRCONSTANCE
La levée de boucliers au FN suite au billet de Stéphane Filipovitch sonne comme un changement de tactique. Steeve Briois peut aujourd’hui être la cible d’attaques homophobes, alors qu’il était autrefois farouchement déterminé à ce que son homosexualité ne soit pas évoquée. En 2013, Octave Nitkowski publiait l’essai Le Front national des villes et le Front national des champs dans lequel il mentionnait à plusieurs reprises le fait que lui et un autre cadre du FN sont gays. Steeve Briois avait alors engagé une procédure en référé pour interdire le livre, mais la cour d’appel de Paris avait estimé que l’homosexualité d’un responsable politique était une information est «de nature à apporter une contribution à un débat d’intérêt général». Le livre n’ayant pu être interdit, Steeve Briois avait demandé réparation pour atteinte à la vie privée. Le 8 juillet dernier, il a été débouté de l’ensemble des poursuites.