[Mise à jour 16h48] Réaction de Jean-Jacques Augier, propriétaire et directeur de la publication de Têtu.

Selon nos informations, Têtu a été placé en liquidation judiciaire aujourd’hui 23 juillet. Aucun repreneur ne se serait manifesté avant ou lors de l’audience, comme voulait encore l’espérer l’équipe et son propriétaire, Jean-Jacques Augier.

Ce dernier vient de publier sur Tetu.com un communiqué dans lequel il évoque « un jour infiniment triste où disparaît le titre emblématique de la communauté LGBT francophone ». Celui qui avait racheté le titre à Pierre Bergé il y a deux ans remercie toute l’équipe – qui va être licenciée. L’homme d’affaire pointe également du doigt les raisons de cet échec: « une conjoncture économique difficile, des problèmes structurels de distribution, des agences de publicité pusillanimes », mais aussi « un lectorat gay largement démobilisé, heureux des avancées législatives récentes et désireux de ne plus se distinguer ».

Sur Twitter, Paul Parant, chef de la rubrique infos, a fait part de sa « grande tristesse » et a salué « un bout d’histoire à tous qui disparaît ».

Le numéro de juillet-août 2015 avec Mika en Une, le 212ème depuis la création du titre il y a 20 ans, aura donc été le dernier.

CPPD, la société éditrice du magazine, avait été placée en redressement judiciaire le 1er juin. Un appel avait été lancé aux repreneurs potentiels. Deux dossiers avait été déposés, mais l’administratrice judiciaire avait conclu qu’aucun des deux ne « correspondait aux exigences du code du commerce ».

Cela ne signifie pas pour autant forcément la fin de la marque Têtu. Selon le magazine de presse professionnelle Presse News, des « décideurs gays » pourraient être intéressés par le rachat de la marque après la liquidation pour l’exploiter de manière différente.

« Peut-être un repreneur de la marque TÊTU, axant plus résolument son exploitation sur les supports numériques, se manifestera-t-il à la rentrée et réussira-t-il à trouver un chemin vers la rentabilité… », espère Jean-Jacques Augier avant de conclure: « Pour l’instant, c’est la tristesse qui prédomine, alors qu’arrive à son terme une magnifique aventure qui aura duré vingt ans. »