Laurence Rossignol, la secrétaire d’État à la Famille, expliquait dimanche, dans le Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro, que la France pourrait passer des conventions avec les pays où la gestation pour autrui (GPA) est légale, afin de compliquer les démarches des Français.es ayant recours à ce procédé. Une nouvelle affaire vient montrer, si l’on en doutait vraiment, que ces démarches, même sans intervention du gouvernement, sont loin d’être simples.

Alors que l’État de Tabasco, au Mexique, autorise la gestation pour autrui, l’État fédéral (qui ne dispose d’aucune réglementation sur la question) refuse de délivrer des passeports pour les jumeaux d’un couple gay français. Le consulat de France bloque aussi le dossier, malgré les décisions de justice, et en particulier la condamnation de la France par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH). Le couple et ses enfants sont coincés au Mexique depuis deux mois.

«La GPA est autorisée au Mexique, c’est une chose qui existe depuis une dizaine d’années ici. C’est très difficile de savoir pourquoi le consulat nous refuse le laisser-passer, s’est indigné l’un des deux pères, Morgan, sur RTL. Il n’y a aucune raison de refuser un laisser-passer à des citoyens français et à des enfants de citoyens français. C’est vraiment l’incompréhension totale. Nous sommes pris en otage au niveau administratif de la part du consulat.»

À lire sur le site de RTL.