Oubliée, la polémique d’hier. Les Français.es ont fait leur deuil de cette satanée seconde place que ces vilains de producteurs leur ont attribuée. En conférence de presse, Nathalie André, la directrice des divertissements de la chaîne publique qui diffuse le show, a déminé le terrain avec une redoutable efficacité: «On passe en deuxième place, ça tombe bien, on est sur France 2!» Circulez, y a plus rien à voir.

Et puis, de toute façon, en ce jour de finale, tout le monde n’a plus que le mot «pronostic» à la bouche. Et chacun.e y va de son top 5. C’est le moment où l’on doit mouiller son t-shirt. Normal, après tout, au regard de la pluie qui tombe sur Vienne sans discontinuer depuis ce matin. Les mauvaises langues diront que le ciel se venge de ce que le concours européen lui a imposé comme couinements tout au long de la semaine. Bref.

Puisqu’il faut prendre des risques, allons-y: pour nous, ce soir, le suédois Måns Zelmerlöw l’emporte. Il sera suivi de (très) près par la Russie, l’Australie, l’Italie et l’Azerbaïdjan. Suivront dans le top 10, et sans doute dans le désordre, la Belgique, l’Espagne, l’Estonie, la Norvège et le Royaume-Uni. Et pour la France, eh bien on ne se mouillera pas. On se cachera juste derrière le traditionnel «vous ne pouvez pas voter pour votre propre pays» que ne manqueront pas de répéter les trois animatrices, tout en souhaitant quand même le meilleur à notre représentante qui a bien bossé.

Petite déception cependant sur l’émission que vous découvrirez ce soir. Hormis une très belle introduction (ne manquez surtout pas le fameux Te Deum d’ouverture!), les Autrichien.ne.s ne se sont autorisé aucune folie. Les animatrices, sympa au demeurant, sont très scolaires. Et leur blague concernant le public gay tombe à plat. «C’est bizarre, personne ne m’a encore demandé mon numéro de téléphone!», s’étonnera l’une d’elles. «Applause», ne manqueront pas alors d’indiquer des écrans – que vous ne pourrez voir – dans la salle. Petit moment rigolo, tout de même, quand une référence sera faite à Sébastien Tellier (représentant français de 2008) vers 22h18. À l’entracte, un orchestre tentera (on insiste sur le verbe «tenter») de vous faire patienter, juste avant que Conchita (ne l’appelez plus Wurst) ne se déhanche sur scène avec deux titres de son album, dont You are unstoppable. Suivra la cérémonie des traditionnels «12 points». And the winner is…