Jean-Paul Cluzel a reçu hier soir le Prix Pierre Guénin / SOS homophobie, à la mairie du IIIe arrondissement de Paris. Le président du Grand Palais et de la Réunion des Musées Nationaux est distingué pour son action contre l’homophobie, par le biais notamment de sa visibilité dans les médias (lire Jean-Paul Cluzel, lauréat du Prix Pierre Guénin 2015).

Pierre Guénin a salué le lauréat avec son humour habituel: «Cher Jean-Paul Cluzel, je ne vous connaissais pas, mais j’ai immédiatement envie de vous appeler juste “Jean-Paul”, tellement vous m’avez paru sympathique» [nb: l’une des revues homo-érotiques créées par Pierre Guénin s’appelait justement Jean-Paul]. De son côté, Jean-Paul Cluzel a salué lors de son discours les revues pionnières de Pierre Guénin et a indiqué que le bar où il va tous les week-ends, le Café Cox, vient justement de redécorer son intérieur avec des images extraites de Jean-Paul. Évoquant sa visibilité en tant qu’homosexuel, il s’est ensuite remémoré son coming-out public: «À la fin d’un entretien, une journaliste d’i-Télé m’a demandé comment je me définissais. Je n’ai pas hésité. J’ai répondu: gay, catholique et libéral. “Gay” est venu naturellement en premier.»

L’ancien PDG de Radio France a remis les 4000 euros du prix au tandem de chercheurs Karine Espinera (photo ci-dessous) et Arnaud Alessandrin, auteur.e.s de la première étude sur la transphobie en France (lire Karine Espineira: «Les personnes trans’ ont tout intérêt à ne pas déclarer leur homosexualité au monde médical») ainsi qu’à l’association HM2F (non-présente à la remise du prix).

Karine Espineira

©Xavier Héraud

C’était aussi la présentation officielle du rapport contre l’homophobie de SOS homophobie, dont nous avons parlé il y a quelques jours (lire Rapport SOS homophobie 2015: les LGBT-phobies sont désormais ancrées dans la société française). On notera la présence du député PS Erwann Binet et de l’ancien sénateur PS Jean-Pierre Michel, tous deux rapports de la loi Taubira dans leur assemblée respective. Sur Twitter, Jean-Pierre Michel a ensuite invité la ministre de la Justice Christiane Taubira à une «prise de conscience notamment au niveau judiciaire».

Lire aussi le discours de Yohann Roszéwitch, président de SOS homophobie.