Créée au lendemain des débats sur la mariage pour tou.te.s, en réaction à une couverture médiatique jugée défaillante et déséquilibrée (lire notamment Pour une association des journalistes LGBT et Manifestation pour l’égalité: nouvelle polémique autour de la couverture de BFMTV), l’Association des journalistes LGBT (AJL) vient d’obtenir de plus de 30 rédactions (pour l’instant) qu’elles s’engagent à signer une charte d’éthique.

«Conscient.e.s du rôle que les médias peuvent jouer contre les discriminations», les rédactions signataires s’engagent à «traiter de manière égale les homosexuel.le.s, les bisexuel.le.s et les hétérosexuel.le.s», «garantir un traitement juste et respectueux des personnes trans’», «rendre compte de la diversité des communautés LGBT», «respecter l’ensemble du public» et «assurer l’égalité entre tou.te.s les collaborateurs/trices au sein de la rédaction». Cela a l’air simple et basique, mais l’expérience montre que cela va toujours mieux en le disant.

Les premiers médias signataires sont Le Monde, L’Équipe, Libération, Les Inrockuptibles, Slate, Mediapart, Rue89, Altermondes, Basta!, Society, So Foot, Doolittle, Pédale!, Radio Nova, Ouï FM, Yagg, Têtu, Well Well Well, Snatch, Stylist, NEON, Streetpress, Alternatives Economiques, AlterEcoPlus, Brain Magazine, Les Nouvelles News, Konbini, Puremedias, Purepeople, Causette, Citizen Jazz.

L’AJL, dont les journalistes permanent.e.s de Yagg sont membres, propose aussi aux rédactions, depuis juin 2014, un kit pour «informer sans discriminer».

Lire la charte d’éthique «les médias contre l’homophobie» en intégralité.
Lire la tribune de l’AJL dans Libération.