aff-unefemmeiranienne-basePour rembourser les dettes de son mari incarcéré, Rana fait le taxi. Alors qu’elle s’est éloignée de Téhéran, elle rencontre Eddie qui la supplie de l’emmener à Kojoor. Intriguée par ce passager inhabituel, Rana découvre qu’il est un garçon trans’ en fuite pour échapper à un mariage forcé. Une amitié inattendue va alors naître entre Eddie et Rana.

Quelques semaines après la sortie du Taxi Téhéran de Jafar Panahi, une nouvelle histoire iranienne comportant un taxi pouvait paraître un peu redondante. Oui mais voilà, le film de Negar Azarbayjani (lire notre interview), qui sort un peu plombé par une polémique (on y revient très vite sur Yagg), est plus que ça. Récompensé lors du festival Chéries Chéris 2012, Une Femme iranienne a déjà ému le public français dans plusieurs festivals LGBT sous le nom de Facing Mirrors. Un titre qui symbolise parfaitement la rencontre bouleversante de ces deux personnages de milieux et de classes sociales différentes: Rana (Ghazal Shakeri), une femme attachée aux traditions, mais contrainte d’exercer un métier d’homme, Eddie (Shayesteh Irani), un homme trans’ qui voit son identité de genre niée par son père. Malgré leurs différences, l’une et l’autre subissent la même pression sociale, celle qui les enchaîne à un statut de femme dans lequel il et elle ne se reconnaissent pas. Deux vécus différents, parfois presque opposés, et pourtant les deux faces d’une même pièce.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Une Femme Iranienne – Bande Annonce Officielle (VOST)

Une Femme iranienne, de Negar Azarbayjani, avec Ghazal Shakeri, Shayesteh Irani…