Un colloque sur la lutte contre les LGBT-phobies se tenait aujourd’hui à l’Hôtel de Ville de Paris de 9h à 17h à l’initiative du Collectif éducation contre les LGBTphobies en milieu scolaire et universitaire (FCPE, Ferc-CGT, FSU, Fep et Sgen-CFDT, Sud éducation, UNEF, UNL, FIDL…) et des associations Contact, Estim’, Inter-LGBT, SIS Association et SOS homophobie.

Plusieurs autres associations et personnalités ont signé une déclaration à mettre en place les mesures du rapport Teychenné de 2013, commandé par Vincent Peillon, ministre de l’Éducation à l’époque (lire Vincent Peillon reçoit le rapport sur la lutte contre l’homophobie et la transphobie à l’école). Parmi les signataires, Anne Hidalgo, Caroline Mecary, Christine Delphy, Pierre Serne, Michel Teychenné, Nicola Sirkis, Bruno Solo, Serge Héfez, etc.  Cette déclaration a été lue vers 13h, derrière l’hôtel de ville, en présence de quelques dizaines de militant.e.s de SOS homophobie ou Osez le Féminisme. Le Huffington Post l’avait publiée il y a deux jours sous le titre «Éducation: amplifions la lutte contre les LGBTphobies!».

«ASSEZ DE MOTS!»
«Assez de mots! Nous appelons aujourd’hui les pouvoirs publics à enfin mettre en place une politique ambitieuse de lutte contre les LGB-phobies à l’École et dans les universités», est-il écrit dans le texte.

Parmi les revendications:

«Il est temps d’en finir avec les stéréotypes sur les personnes LGBT, les représentations univoques du sentiment amoureux, temps de favoriser la connaissance de la pluralité des familles! L’État doit veiller à ce que ces sujets soient traités dans tous les établissements, publics et privés sous contrat, et fournir aux équipes pédagogiques et éducatives des ressources permettant d’aborder ces contenus d’enseignement légitimes avec la rigueur nécessaire.

Les écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE) doivent former à la lutte contre les LGBTphobies tous les personnels de l’Éducation nationale et de l’enseignement supérieur, en s’appuyant sur des travaux universitaires, à encourager, et en inscrivant la lutte contre toutes les discriminations dans le tronc commun de formation.»