Comme chaque année, l’Ilga-Europe dévoile la carte et le rapport qui mesurent les législations des 47 pays du Conseil de l’Europe, ainsi que la Biélorussie et le Kosovo, en fonction des droits des personnes LGBTI. Depuis quatre ans, ces évolutions sont décryptées par le biais de six grands enjeux: «Droit d’asile», «Égalité et non-discrimination», «Violences et propos discriminatoires», «Famille», «Liberté d’association, d’assemblée et d’expression» et «Reconnaissance de l’identité de genre et de l’intégrité physique». Ces données permettent de mettre en avant les bonnes pratiques des États et de repérer les dernières évolutions en matière de droits des LGBTI.

Entre mai 2014 et mai 2015, la France a stagné à la 11e place du classement avec 65%. C’est notamment sur les questions liées à la reconnaissance des droits des trans’, ainsi que sur l’ouverture de la PMA aux couples de femmes qu’elle doit effectuer des progrès pour espérer se hisser aux côtés des deux pays toujours en tête, le Royaume-Uni (86%) et la Belgique (83%). Ce duo est talonné par un pays qui a effectué des avancées spectaculaires au cours des deux dernières années, Malte, qui, après un score de 57% l’an dernier, atteint désormais 77%. La reconnaissance de l’union civile et de l’adoption pour les couples de même sexe, mais aussi plus récemment en avril, une loi exemplaire sur l’identité de genre qui protège les droits des personnes trans’, intersexes et fluides sont à l’origine de cette progression remarquable. Le Luxembourg, la Finlande et la Géorgie enregistrent aussi des évolutions très positives dans leur législation au cours des 12 derniers mois. En bas du classement, peu de changements sont à noter, l’Azerbaïdjan, la Russie et l’Arménie restent bons derniers (consulter les évolutions des 49 pays entre la carte de 2014 et celle de 2015).

Au total, seuls 18 pays arrivent au-dessus de 42%, la note moyenne des 49 pays passés au crible par l’Ilga. Concernant les différentes thématiques observées, la Liberté d’association, d’assemblée et d’expression est respectée dans 85% des pays. Les cinq autres catégories sont quant à elles moins avancées et apparaissent dans environ un tiers des États. «Alors que nous approchons du dixième anniversaire des Principes de Jogjakarta et du vingtième anniversaire de l’Ilga-Europe en 2016, il nous reste encore beaucoup d’obstacles à surmonter, a déclaré la co-présidente du conseil exécutif de l’Ilga-Europe Joyce Hamilton. La violence homophobe et transphobe, les discours de haine et la discriminations continuent d’être des événements quotidiens pour certains de nos voisin.e.s LGBTI. Espérons que 2015 amènera d’autres exemples similaires à Malte et à l’Estonie. Aujourd’hui plus que jamais, l’Europe a besoin de leaders politiques pour travailler avec et pour les personnes LGBTI en Europe.»

Consulter la Rainbow Map interactive et lire le rapport.