Quelle que soit la langue, les mots qu’on emploie sont important, ils ont un sens. Utiliser «gay» pour dire «nul» comme c’est parfois le cas en anglais, ou «travelo» pour dénigrer une personne trans’ en français – pour ne prendre que ces exemples –, ça n’est ni drôle, ni anodin. Une campagne invitant chacun.e à «parler correctement» vient ainsi d’être lancée en Ukraine, à l’initiative de l’association Gay Alliance Ukraine et avec le soutien de l’ambassade des Pays-Bas.

Dans l’objectif d’élever le niveau d’ouverture d’esprit de la société ukrainienne, la campagne rappelle les termes corrects à utiliser lorsque l’on parle de certaines minorités: les personnes juives, les personnes handicapées, les Roms, les personnes touchées par le VIH, les femmes et les homosexuel.le.s.

Des affiches ont ainsi fait leur apparition dans cinq villes d’Ukraine – Kiev, Odessa, Kryvyï Rih, Vinnytsia et Jytomyr – avec pour slogan: «Dites-le correctement». En janvier dernier, l’Ukraine a décidé de ne pas examiner plus avant la proposition de loi sur la «propagande homosexuelle» similaire aux lois russes mais l’homophobie reste très présente. «Libres car bien informés. Le respect envers une personne ne devrait pas dépendre de son orientation sexuelle. Pédés. Gay. Dites-le correctement. Tolerance.in.ua», peut-on lire sur l’une des affiches.

En Russie, les médias se sont empressés de déformer le propos, accusant la campagne de forcer les Ukrainien.ne.s à accepter les valeurs de l’Europe (et notamment le mariage pour tous), rapporte BuzzFeed, qui cite le militant Taras Karasiichuk: «Obtenir une telle réaction des paillassons de Poutine est déjà une victoire».

Via BuzzFeed.