La journaliste et militante américaine Janet Mock était hier, dimanche 3 mai, l’invitée de Super Soul Sunday. Ce talk-show d’Oprah Winfrey prend la forme d’une discussion intime et introspective sur le bonheur, l’accomplissement et le bien-être. Inviter une des militant.e.s trans’ les plus actives des États-Unis était évidemment l’occasion d’aborder une réflexion autour du genre et de l’identité, en toute sincérité.

«Je crois que pour beaucoup de gens, ce qu’il y a de plus intéressant chez moi, c’est le fait que je sois trans’, a expliqué Janet Mock. Et pour moi, il y a autre chose. Cela donne beaucoup de force de dire fièrement, sans s’excuser, que l’on va accepter cette partie de son identité. Cette partie de mon identité qu’on m’a appris en grandissant à taire et dont je devais avoir honte. Assumer cette étiquette, dire que c’est la mienne et que je m’affirmerai dans toute la complexité de ce qu’est l’existence d’une femme trans’, je crois qu’il y a un pouvoir là-dedans.» Être fidèle à soi-même, voilà ce qui semble guider Janet Mock à travers sa vie: «On doit se trouver soi-même pour soi-même, ou on risque de se retrouver écraser par les fantasmes des autres sur qui on est», répond-elle à Oprah Winfrey lorsqu’elle lui demande si elle possède une devise.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Janet Mock on Embracing Who She Is | Super Soul Sunday | Oprah Winfrey Network

En s’appuyant sur le livre de Janet Mock, Redifining Realness, la présentatrice revient sur la jeunesse de Janet Mock: «Après la troisième, j’ai décidé que je n’allais plus me présenter d’une certaine manière juste pour ne pas mettre les gens mal à l’aise, se souvient-elle. Je vais me présenter de la manière, qui me met, moi à l’aise.» C’est ainsi qu’à la rentrée suivante, elle est arrivée devant sa classe en se présentant… comme Janet. «Je ne dirais pas que les gens l’ont accepté, mais les gens l’ont toléré, se souvient-elle sous le regard très admiratif d’Oprah Winfrey. J’ai grandi dans la pauvreté, en tant qu’enfant noir, dans une communauté qui souffrait déjà. La seule ressource dont je disposais, c’était ma vérité, c’était moi-même. C’était la seule chose que je pouvais contrôler. Montrer et être ce que je savais que j’étais. Vivre authentiquement et être moi-même, était le premier pas pour réussir quoi que ce soit.»

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur How Janet Mock Began Living Authentically at Age 15 | Super Soul Sunday | Oprah Winfrey Network

L’émission a été suivie de très près par l’actrice Laverne Cox, révélée par la série Orange Is The New Black, qui a live-tweeté avec beaucoup d’enthousiasme les discussions entre les deux femmes:

«Les personnes trans’ passent l’essentiel de leur temps à être dévisagées et à ne pas être des êtres humains.»

Cette interview doit faire date, selon l’actrice, qui y voit une nouvelle manière de parler de la communauté trans’, loin des clichés stigmatisants:

«Super Soul Sunday est un exemple pour raconter les histoires des personnes trans’ différemment au-delà de l’avant, de l’après, au-delà de la chirurgie. Vers plus d’humanité.»

L’interview en intégralité:

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Full Episode: Oprah and Janet Mock