Un général de l’armée britannique a fait part de son intention de sortir du placard dans une interview au Daily Mail. Pour le moment anonyme, cet homme entend désormais lutter contre l’homophobie encore très présente dans les rangs de l’armée: «Je n’ai jamais pensé à faire mon coming-out jusqu’à ce qu’un officier supérieur dise que révéler son homosexualité serait suicidaire pour la carrière d’un gradé. Je me suis alors dit “En fait je suis gay et ça ne m’a jamais empêché de servir la Reine et mon pays”. J’étais furieux, mais je n’ai pas relevé ce qu’il disait. Cependant dans les semaines qui ont suivi, j’ai commencé à me demander s’il était temps pour quelqu’un de mon rang de parler et de dire qu’on peut servir son pays à un très haut niveau des forces armées en étant une femme ou un homme homo.»

Ce n’est qu’à ses 30 ans que ce soldat a réussi à accepter sa propre homosexualité, ce qui n’a cependant pas facilité le fait d’aborder ouvertement ce sujet: «Il y a eu plusieurs occasions durant ma carrière où j’ai presque réussi à en parler – souvent après quelques verres avec des amis proches au mess ou au pub.»

«Je voulais dire quelque chose comme “Écoutez les mecs, je suis gay. Ce n’est pas très important mais je pensais que vous devriez le savoir”. C’est une conversation que j’ai eu en tête de nombreuses fois. Mais je n’ai jamais trouvé le bon moment.»

«Je suis aussi quelqu’un de très réservé et j’ai une famille à laquelle je tiens profondément et une femme que j’adore.» Aujourd’hui ce général souhaite faire entendre sa voix, mais aussi préserver son entourage: «J’ai rassemblé tout mon courage pour le dire à ma femme il y a quelques années. Elle savait que j’avais été malheureux pendant pas mal de temps. Ça a été évidemment un choc et cela a mis à l’épreuve notre mariage. Je lui ai dit qu’elle pourrait divorcer si elle le voulait mais elle a refusé. Toute décision de parler ne m’affecte pas juste moi, mais aussi mon épouse, mes enfants, mes amis proches et je vais donc prendre du temps et prendre les conseils de mes proches avant d’agir.»

Malgré son engagement, ce militaire reste parfaitement lucide sur la situation actuelle des personnes LGBT dans l’armée britannique et souhaite justement mettre en lumière cette hypocrisie et faire bouger les choses en profondeur: «Les Forces armées assurent être un employeur offrant les mêmes opportunités, mais ce n’est pas mon avis et c’est ce que je trouve décevant. Je suis très fier d’être soldat et j’ai dédié ma vie à l’armée. J’accepte aussi que l’armée n’est pas un système parfait. Il y a de nombreuses failles. C’est une entreprise humaine et en tant que telle, il faudra en subir les erreurs. Je l’accepte volontiers et je suis prêt à vivre avec ces échecs. Il serait bien plus juste pour le ministère de la Défense de dire “Nous faisons de notre mieux pour arriver au point où nous pourrons réellement dire que nous offrons les mêmes chances à chacun.e mais nous n’y sommes pas encore”. Ce n’est pas suffisant pour une organisation de déclarer que toute discrimination est inacceptable – il faut aussi faire changer la culture.»

Dernièrement, l’armée britannique a annoncé qu’elle souhaitait recueillir des informations sur ses recrues LGBT afin de mieux lutter contre les discriminations qu’elles peuvent subir.

Photo Ministry of Defence