«Homossexualisme: aider, bibliquement, à prévenir et à traiter ceux qui souhaitent remettre la norme de Dieu dans leur sexualité», peut-on lire sur des flyers et des affiches conçues par des chrétien.ne.s évangéliques du District fédéral au Brésil. Plusieurs plaintes ont été déposées contre la tenue de ces sessions de «guérison», notamment par le député ouvertement gay Jean Wyllys. Le Centre de lutte contre les discriminations a procédé aux auditions des organisateurs/trices de ces «thérapies», qui assurent respecter la légalité puisqu’ils ne font pas de discrimination dans l’accueil du public. «Nous saluons et aidons les homosexuels qui nous disent être fatigués par cette vie», ont-ils assuré.

Face à ces personnes désireuses de «soigner» les homos, des militant.e.s favorables à l’égalité des droits rappellent que ces sessions ne peuvent être que le fait de «charlatans» puisque l’homosexualité n’est pas une maladie et qu’il n’y a donc pas de remède. Mais les religieux/ses en appellent à la liberté de culte pour que l’État n’intervienne pas dans ces activités qu’ils/elles présentent comme religieuses. Il reviendra au Centre de lutte contre les discriminations de trancher.

À lire sur Correio Braziliense.

Via Anthony Bellanger.