Invitée hier, lundi 26 janvier, de l’émission spéciale islam du Petit Journal, l’humoriste Sophia Aram a profité de la tribune qui lui était offerte pour répondre à l’islamophobie du journaliste Philippe Tesson, qui a fait un amalgame entre des religieux extrémistes et l’ensemble des musulman.e.s. La chroniqueuse de France Inter a souligné que pour beaucoup de croyant.e.s, l’opinion religieuse n’a pas à empiéter sur la liberté des autres, pointant du doigt celles et ceux qui ont refusé le mariage pour tous au nom de leur croyance.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Témoignage de Sofia Aram

«Comme toi, lorsque je vois des abrutis partant faire le jihad après avoir rencontré Dieu sur Facebook, comme toi lorsque je vois des dindes quittant la France pour aller se faire sauter, au sens propre comme au figuré, comme toi lorsque je vois des blogueurs fouettés au nom de la charia, moi aussi je me dis que certains musulmans ou en tout cas certaines personnes se revendiquant de l’islam nous les brisent», a commencé Sophia Aram avant de préciser qui elle entend par «nous»: «Quand je dis nous, je pense à tous ces athées qui comme moi refusent d’être assimilés à tous ces cons […], à tous ces croyants, qu’ils soient musulmans, chrétiens ou juifs, pour qui la religion est un choix qui n’engage qu’eux-mêmes, un choix intime, je pense à tous ces croyants qui respectent le droit de croire ou non, de pratiquer ou non, le droit de chacun d’aimer qui il veut, voire de l’épouser et ce, indépendamment de sa préférence sexuelle. […] Sincèrement si on pouvait continuer d’éviter de répondre au fondamentalisme par le racisme et la haine, on gagnerait du temps.»

Nos derniers articles sur Le Petit Journal.
Nos derniers articles sur Sophia Aram.