Aux côtés de plusieurs organisations de défense des droits humains, l’Ilga-Europe a profité de la commémoration des 70 ans de la libération du camp d’Auschwitz pour lancer un appel à tous les gouvernements d’Europe, mais aussi à l’ensemble des citoyen.ne.s pour que jamais l’Histoire ne se répète: «Ce jour de commémoration ne doit pas seulement commémorer ceux et celles qui sont mort.e.s dans cette tragédie, rappellent les organisations. La hausse actuelle de la peur et de la haine des autres, de l’extrême droite et des tendances xénophobes qui se traduisent par des comportements anti-Roms, antisémites, homophobes, transphobes, islamophobes et d’autres comportements discriminants, menacent les efforts entrepris pour promouvoir une Europe égale et inclusive. C’est pourquoi nous devons continuer à nous souvenir des conséquences dévastatrices de la discrimination et continuer à promouvoir l’égalité.»

Les signataires de l’appel exhortent «les gouvernements nationaux, ainsi que les organisations inter-gouvernementales, les organisations de la société civile et les individus» à se mobiliser: «Il en va de la responsabilité des États de protéger nos sociétés, d’assurer la protection des droits humains et la sécurité de tous les citoyen.ne.s. Nous appelons à un engagement et à des actions plus fortes de l’Union européenne, des États membres, des institutions et de la société pour combattre le racisme, la discrimination, les mouvements xénophobes et d’extrême droite. Il est impératif que ceux et celles qui prennent les décisions fassent tout leur possible pour empêcher qu’une telle destruction et inhumanité ne se reproduisent un jour.»

LA DÉPORTATION DES HOMOSEXUELS MENTIONNÉE DANS L’HOMMAGE DE FRANÇOIS HOLLANDE
Lors du discours qu’il a prononcé ce matin, mardi 27 janvier, au Mémorial de la Shoah, le Président de la République François Hollande a rendu hommage à toutes les victimes de la déportation: «Six millions de femmes et d’hommes exterminé.e.s parce que Juifs, et combien d’autres mis en esclavages, mis à mort, parce que Tziganes, homosexuels, slaves, communistes, résistants, handicapés.» En août 2011, Rudolf Brazda, le dernier déporté homosexuel ayant survécu à l’enfer des camps de concentration, s’est éteint à l’âge de 98 ans. Il avait reçu la Légion d’Honneur et fait l’objet d’une biographie, Itinéraire d’un triangle rose, aux éditions Florent Massot. Yagg l’avait interviewé en 2010:

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Triangles roses: Rudolf Brazda le dernier survivant connu témoigne sur Yagg

Photo Wolfgang Manousek de Dormagen