Toujours aussi fous, les Caramels! Plus de 30 ans après sa création au Piano Zinc, bar mythique du Marais, cette compagnie unique en son genre se produit sur la scène du Déjazet dans son nouveau spectacle Il était une fois (complètement) à l’Ouest. Cette virée au Far West américain fait un bien… fou. Tous les ingrédients du succès sont à nouveau réunis: des tubes de la chanson française, des airs d’opéra et des standards internationaux détournés, des numéros de danse époustouflants, des textes où l’humour n’empêche pas des clins d’œil à l’actualité (le mariage pour tous, l’adoption…).

Les Caramels fous, troupe d’hommes über gay, enchaîne les spectacles tous plus délirants les uns que les autres: Les Aventures de l’archevêque perdu, Madame Mouchabeurre, Pas de gondole pour Denise. Les Dindes Galantes en 2005 leur ont valu une nomination aux Molière.

Michel Heim, auteur de 13 livrets depuis la création, passe la main, et c’est Antony Puiraveaud qui signe ce Il était une fois (complètement) à l’Ouest très réussi. Dans le Crazy Pony Saloon,  les tubes se succèdent: Bang bang devient Bling bling, L’Amour, c’est comme une cigarette  devient L’amour c’est comme une savonnette et Single Ladies de Beyoncé On veut un mari.

Les 22 interprètes sont très pro, mais ne se prennent pas au sérieux. Rires et applaudissements nourris. Du grand, du beau, du bon Caramels fous!

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Bande annonce Il était une fois complètement à l’Ouest.

Il était une fois (complètement) à l’Ouest, mise en scène d’Alma De Villalobos et Nicolas Kern, du 22 janvier au 14 février, au Théâtre Déjazet, 41 boulevard du Temple, 75003 Paris.

Photo Philippe Escalier