C’est une première en Espagne: un roi est en couverture d’un magazine gay. Il s’agit d’un hors-série gratuit du magazine RAGAP, publié à l’occasion du salon international du tourisme (FITUR), qui se tient à Madrid du 28 janvier au 1er février, et le roi en question est Felipe VI, le souverain espagnol.

En juin 2014, quelques jours après son accession au trône, Felipe VI et la reine Letizia recevaient au palais royal et parmi plus de 200 ONG ou associations à visée sociale, des représentant.e.s d’associations LGBT espagnoles comme la Federación Estatal de Lesbianas, Gais, Transexuales y Bisexuales (FELGTB), la Fondation Triangle ou la Confédération COLEGAS. C’était, là aussi, la première fois que des associations LGBT rencontraient un Roi d’Espagne (lire Pour la première fois, des associations LGBT reçues par le Roi d’Espagne).

«La Fondation Triangle ne demande pas à ce que le pouvoir royal prennent part au débat législatif, puisque que ce n’est pas sa fonction et cela ne doit pas l’être, mais estime que les nouveaux rois doivent connaître la réalité des personnes LGBT, de leurs familles et de leurs enfants dans leur devoir de représentation de la diversité des citoyen.ne.s espagnol.e.s et au niveau international», estimait alors José María Núñez, son président.

«Né le 30 janvier 1968, alors que le régime de Franco était sur le déclin, [Felipe VI] est d’une génération qui a connu la persécution des personnes LGBT et le coup de massue du VIH, les débuts des premiers mouvements d’activisme collectif, les marches des Prides, la naissance d’un tourisme et d’une culture homo avec Maspalomas, Torremolinos, Sitges et Chueca, et finalement l’ouverture du mariage, souligne RAGAP. Aujourd’hui, l’Espagne est l’un des rares pays où l’homosexualité est légale, où l’union civil et le mariage de personnes de même sexe sont légaux, où des couples homosexuels peuvent adopter des enfants, où l’on peut sortir du placard et servir dans les forces armées, où des lois interdisent les discriminations à l’encontre des LGBT, et où les personnes trans’ peuvent officiellement changer d’état civil.»

«Néanmoins, prévient le magazine, il reste encore fort à faire, et Felipe VI doit relever un défi important. Pour le moment, il a bien commencé.»

Via Nasha Gagnebin.