Si les médias français retiennent surtout du discours sur l’état de l’Union prononcé hier, 20 janvier, par Barack Obama ses déclarations sur l’économie et les crayons brandis par les parlementaires américain.e.s en soutien à la France après les attentats dominent, le président des États-Unis a aussi prononcé trois termes qui ne l’avaient jamais été dans ces circonstances: «lesbienne», «bisexuel.le» et «trans’».

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur ‪President Obama’s 2015 State of the Union Address‬

«En tant qu’Américain.e.s, nous respectons la dignité humaine, même lorsque nous sommes menacé.e.s, c’est la raison pour laquelle j’ai interdit la torture, et travaillé à faire en sorte que notre utilisation des nouvelles technologies comme les drones, soit correctement encadrée, a affirmé Barack Obama ( à partir de 45’35 dans la vidéo ci-dessus). C’est pourquoi nous devons nous élever contre la résurgence d’un antisémitisme déplorable dans certaines parties du monde. C’est pourquoi nous continuons de refuser les stéréotypes insultants pour les musulman.e.s, l’immense majorité desquel.le.s partage notre engagement pour la paix.

«C’est pourquoi nous défendons la liberté d’expression, soutenons les prisonnièr.e.s politiques, et condamnons la persécution des femmes, des minorités religieuses ou des personnes qui sont lesbiennes, gays, bisexuel.le.s ou trans’. Nous ne le faisons pas parce que c’est ce qu’il faut faire, mais parce qu’au bout du compte cela nous mettra plus en sécurité.»

Quelques instants plus tard (à partir de 51’20), devant des élu.e.s debout, Barack Obama a évoqué les avancées en faveur de l’ouverture du mariage: «J’ai vu un sujet comme le mariage homosexuel [sic] passer d’une question utilisée pour nous diviser à une histoire de liberté de par notre pays, un droit civil aujourd’hui légal dans des États où vivent sept Américain.e.s sur dix.»

«Avec un peu de chance, si le Président Obama peut prononcer le mot «bisexuel», le reste du mode peut aussi le faire», s’est réjouie Faith Cheltenham de BiNet USA.

«C’est très rassurant que le Président Obama ait choisi de donner de la voix pour les personnes trans’ dans un discours sur l’état de l’Union, a commenté Mara Keisling du National Center for Transgender Equality. (…) Toutes ces années où nous n’étions pas mentionné.e.s, le Président montrait quand même la voie avec des politiques qui ont amélioré et sauvé des vies trans’. Bien sûr, la concrétisation de ces politiques est bien plus importantes qu’une mention dans un discours. Mais ne vous y trompez pas, que le Président des États-Unis condamne la persécution des personnes trans’ est un moment-clé. Cela permettra aux personnes trans’ de se redresser et de se battre encore plus fort pour améliore ce pays pour tout le monde. (…)

«En nous mentionnant il nous a fait comprendre ce qu’il veut dire quand il parle des Américain.e.s. Quand il a parlé des enfants, il parlait aussi des enfants trans’. Quand il a parlé des immigrant.e.s, il parlait aussi des immigrant.e.s trans’. Quand il a parlé des militaires et des vétéran.e.s, il parlait aussi des personnes trans’.»

Photo Maison Blanche