C’est au cours de la populaire émission de radio Sunday with Miriam sur RTÉ Radio 1 que le ministre de la Santé irlandais Leo Varadkar a annoncé son homosexualité. «Je suis gay, ce n’est pas un secret, mais ce n’est pas non plus quelque chose que tout le monde sait ou que j’aurais évoqué publiquement auparavant», a-t-il confié avant de préciser qu’il ne se réduisait pas à son orientation sexuelle.

«COURAGEUX»
Il a longtemps dissimulé cela par peur. «Ma mère craignait que l’on me frappe dans la rue, ou que je perde mon siège aux élections, ou que des adversaires politiques utilisent ça contre moi. Je suis désormais ministre de la Santé. Il faudra bientôt prendre des décisions qui ne seront pas entièrement les miennes, mais je serai impliqué. Nous avons une loi qui arrive plus tard dans l’année pour savoir s’il faut lever ou pas l’interdiction faite aux hommes gays et bis de donner leur sang. Je veux que les gens sachent que quelles que soient les décisions prises quel que soit le sujet, elles seront prises en fonction de ce que je crois être l’intérêt général. Je ne laisserai pas mon propre vécu ou mon orientation sexuelle me dicter les décisions que je prends.»

Le coming-out de Leo Varadkar intervient également à quelques mois d’un référendum sur l’ouverture du mariage aux couples de même sexe. Le politicien du Fine Gael, un parti se définissant comme progressiste et classé au centre-droit, a vu son annonce être saluée par plusieurs personnalités, notamment la drag-queen Panti Bliss. La militante a pris la parole lors d’un événement organisé en faveur du mariage pour tous et a jugé «courageux» que le ministre de la Santé fasse son coming-out. «Je souhaite à tous les Leo du monde de pouvoir faire leur coming-out à 20 ans, de façon à ce qu’une fois devenus ministre de la Santé, tout le monde le sache déjà et que ça n’ait plus d’importance», a-t-elle déclaré d’après The Irish Times.

La drag-queen n’a pas manqué de critiquer la journaliste Miriam O’Callaghan, qui interviewait le ministre, et qui a jugé nécessaire de donner la parole à des opposant.e.s à l’égalité des droits pour ne pas «biaiser» le débat. «Un homme parle de sa vie personnelle et elle croit qu’elle doit rééquilibrer les choses en donnant le point de vue d’un anti-mariage pour tous. C’est du grand n’importe quoi!», s’est exclamée Panti Bliss. Elle s’est tout de même permis un trait d’humour sur Facebook.

«Bien entendu, je savais déjà que Leo était gay puisque comme tou.te.s les autres homos, il a d’abord dû déposer une demande sur mon bureau. #mafiagay»

Photo Capture