Le pape François cherche-t-il à ménager la frange la plus conservatrice de l’église? Quelques jours près avoir mis à l’écart le cardinal Raymond Burke, connu pour ses positions homophobes et sexistes – celui-ci est allé jusqu’à suggérer que le féminisme était la raison pour laquelle des prêtres ont commis des actes pédophiles – le pontife s’est exprimé en des termes négatifs sur des questions sociétales. En visite aux Philippines, il a indiqué hier, vendredi 16 janvier, que les chrétien.ne.s devraient se méfier de la «colonisation idéologique de la famille». Dans son viseur: l’ouverture du mariage aux couples de même sexe, a précisé le Vatican.

«La famille est menacée par les efforts croissants de la part de certaines personnes pour redéfinir l’institution même du mariage par le relativisme, par la culture de l’éphémère, par le manque d’ouverture à la vie», a-t-il déclaré selon Crux Now. Prenant la parole devant un millier de familles philippines, il a également critiqué la mise en place de politiques de régulation des naissances. Ses déclarations surviennent quelques jours après la tenue d’n débat national sur l’accès de tou.te.s à la contraception, qui a vu une forte opposition des catholiques philippin.e.s. Le pape François a demandé aux membres du clergé d’être «très cléments» avec les fidèles recourant à des formes de contraception, mais il continue à s’arc-bouter sur les enseignements traditionnels de l’église catholique.

Malgré plusieurs gestes d’ouverture très remarqués, la vision défendue par le pape François ne cherche pas à se démarquer dans le fond de celle de ses prédécesseurs. En réponse, le comédien gay Alec Mapa a publié sur Twitter une photo où il apparaît avec son époux et leur fils en train de «menacer la famille».

Photo Capture