À Manchester, une association LGBT, la LGBT Youth North West, travaille sur un projet d’école à destination des jeunes LGBT en difficulté, rapporte The Guardian.

«Malgré les lois qui prétendent protéger les homos du harcèlement homophobe, la vérité est qu’en particulier dans les écoles, le harcèlement est encore incroyablement banal et génère un sentiment de peur et d’aliénation chez les jeunes, ce qui conduit souvent à de l’absentéisme, et dans le pire des cas, au suicide», explique l’une des responsables de l’association, insistant sur le fait qu’«il s’agit de sauver des vies».

UNE SOIXANTAINE D’ÉTUDIANT.E.S
Selon The Guardian, l’école pourrait accueillir une quarantaine d’étudiant.e.s à plein temps et une vingtaine à temps partiel. Elle ciblerait les lesbiennes, gays, bi.e.s ou trans’ mais ne serait pas fermée aux autres. Pour le moment, le projet a bénéficié d’une subvention de 63000 livres pour une étude de faisabilité (environ 82000 euros). Il est donc encore loin d’être bouclé et pourrait se heurter aux réticences des politiques, à l’image de cet ancien ministre de l’Éducation conservateur cité par The Telegraph, qui estime qu’il «faut faire plus pour combattre l’homophobie et créer une société tolérante» et qui s’élève contre cette «ségrégation».

Une école de ce type existe déjà aux Etats-Unis. La Harvey Milk High School a été créée en 1985 par une association, le Hetrick-Martin Institute, et est devenue une école publique en 2002. Elle peut accueillir jusqu’à 110 étudiant.e.s.

Aucun projet de ce genre n’existe en France pour le moment.

Affaire à suivre.

Photo Glee