Grâce à des chansons et à des jeux, l’émission éducative Bacillakuten, diffusée sur la chaîne suédoise pour enfants SVT Barnkanalen leur explique comment fonctionne le corps humain. Mais dernièrement une nouvelle chanson a déclenché la colère des adultes qui n’apprécient pas que certaines thématiques soient abordé.e.s dans l’émission. Snoppen och snippan, la chanson en question qu’on pourrait traduire par «Zizi et Zezette», aborde la question des organes génitaux et est accompagnée d’une petite vidéo, où des vulves et des pénis très enfantins dansent, volent et virevoltent. A ce jour, le clip compte déjà près de 100000 vues.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Snoppen och snippan *musikvideo* – Bacillakuten på Barnkanalen

Face à la polémique, la chaîne a finalement décidé de bloquer les commentaires sur son compte Youtube et a appelé les internautes à modérer leurs propos sur Facebook, sachant qu’ils sont visibles par les plus jeunes. Le site TV dags a recueilli un florilège des réactions outrées face à la chanson: «C’est malsain, je ne veux pas que mes enfants voient ça», «La chanson aurait était amusante dans le contexte d’une farce d’étudiant, d’une chanson à boire ou dans un festival, mais sur une chaîne publique destinée aux enfants?» D’autres ont été beaucoup plus virulents accusant l’émission de pornographie et de pédophilie: «Et la sexualisation de la société se poursuit dans un véritable esprit démocratique libéral. Quel est le but d’envoyer un programme comme ça pour les enfants, plein d’un subtil message marxiste culturel, à part celui d’endoctriner nos enfants?»

C’est Johan Holmström qui est à l’origine de cette chanson et qui invente les compositions diffusées dans l’émission: «J’ai quelques mots de la chaîne et j’écris les paroles à partir de ces mots, avant de les leur soumettre. C’est SVT qui édite et accepte les chansons», a-t-il expliqué. Le compositeur affirme que même sa fille de trois ans adore la chanson et l’a écouté en boucle, une chanson qu’il a voulu «éducative et amusante», à l’image de l’émission Bacillakuten. «Parler de sexualité avec les jeunes, ça peut être difficile. C’est le texte le plus frivole que j’ai jamais fait.» Caroline Ginner, de la rédaction de SVT Barnkanalen a répondu à la polémique par l’ironie: «Gardez le secret pour que les enfants ne sachent rien de leur pénis ou de leur vulve jusqu’à l’âge de 18 ans. Il est probable qu’ils ne remarquent rien avant.»