Plusieurs personnes ont fait irruption dans un club gay de Togliatti en Russie dans la nuit du samedi 2 au dimanche 3 janvier et ont frappé les client.e.s présent.e.s. Selon plusieurs médias, au moins quatre personnes ont été blessées et une se trouve toujours à l’hôpital. La police n’a identifié aucun suspect, indique Gay Star News. Toutefois, selon un militant russe du Gay Liberation Front, Konstantin Golava, plusieurs des personnes à l’origine de l’agression avaient déjà été aperçues aux abords du club dans les jours précédents. Selon Buzzfeed, qui cite le Gay Liberation Front, les responsables du club tentent de minimiser l’affaire et de taire la dimension homophobe de l’attaque.

Pour Konstantin Golava, cela s’explique par la volonté des gays russes de vivre dans une certaine forme de clandestinité: «Les gays se créent leur propre ghetto confortable où ils se sentent en sécurité, mais ils ont tort, a-t-il déclaré. Il n’y a rien de mal à s’amuser et à se détendre, mais il faut se protéger, protéger nos droits et ne pas se plaindre parce que des militant.e.s font de la “provocation” en disant que “nos droits sont violés”. Quand les gays russes pensent que leurs droits ne sont pas violés, même après des attaques comme celle-ci, ça ne fait que renforcer l’obscurantisme.»

Photo Capture d’une vidéo publicitaire du club