En septembre 2013, Barilla s’était attiré les foudres de la communauté LGBT, après que son président a affirmé que jamais un couple de même sexe ou une famille homoparentale n’apparaitraient dans ses publicités. Après le tollé, le siège de l’entreprise aux États-Unis avait semblé très désireux de redorer son image et avait fait part d’une série de mesures. Un an après, force est de constater que la marque de pâtes a sérieusement remonté la pente et est même devenue exemplaire. C’est en tout cas ce qu’affirme Human Rights Campaign.

DES MOTS… ET DES ACTES
Barilla a en effet demandé à intégrer le Corporate Equality Index (CEI) qui mesure chaque année le degré d’inclusivité et de respect des diversités des grandes entreprises et obtient un excellent score dans tous les domaines couverts par le dispositif: l’égalité de traitement de tous les couples et de toutes les familles des employé.e.s, la non-discrimination, ou encore la formation aux questions LGBT. Deena Fidas, directrice du programme à Human Rights Campaign, analyse la progression spectaculaire de Barilla: «C’est très inhabituel qu’une entreprise prenne en compte l’ensemble des critères du CEI en un an. Certain.e.s suspecteront sûrement certaines motivations derrière, mais au final on ne peut pas nier qu’à Barilla, on trouve des politiques et des pratiques qui incluent les personnes LGBT… qui n’étaient pas là il y a un an.» D’autres entreprises ont elles aussi fait leur entrée, comme Facebook ou Yelp.

VISIBILITÉ ET DIVERSITÉ
En outre, Barilla a aussi tenu ses engagements et a effectivement lancé la création d’un pôle Diversité et Inclusion, afin de mettre en place de vraies stratégies pour améliorer les conditions de travail de ses salarié.e.s LGBT. Aujourd’hui, les employé.e.s sont protégé.e.s par une véritable politique anti-discrimination, les couples de même sexe jouissent des mêmes avantages que les couples hétérosexuels et les soins médicaux dont peuvent bénéficier les personnes trans’ sont couverts. Avec Share The Table, un outil dédié à inciter les familles à partager les repas ensemble, Barilla a voulu montrer la diversité de tous les modèles et a donné la parole à Vikki Reich, une blogueuse ouvertement lesbienne à l’origine d’un site pour les familles homoparentales, VillageQ. David Mixner, militant LGBT qui est devenu consultant pour le pôle Diversité de Barilla, croit fermement à la sincérité du revirement de Guido Barilla: «Il était horrifié des conséquences et de ses propres croyances.» Il estime aujourd’hui que les actions de l’entreprise sont «les efforts les plus globaux pour se rétablir après des déclarations inexactes» auquel il ait participé.

Dans le cadre de la «Barilla Factory», qui permet à chacun.e de proposer des vidéos ou des visuels, une vidéo mettant en scène deux couples de même sexe a été proposée au vote des internautes, pour une campagne intitulée «Love Life, Love Pasta: In Your Own Way» (l’idée: tout le monde aime les pâtes à sa façon, les pâtes aiment tout le monde de la même façon). Elle fait partie des 20 finalistes:

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Love Life Love Pasta

Pour voter, rendez-vous sur Facebook.

EN ITALIE, LES HOMOPHOBES BOYCOTTENT BARILLA
Si l’amélioration outre-Atlantique est impressionnante, elle n’est pas encore complètement arrivée jusqu’à l’Italie, ce qui n’empêche pas les homophobes de polémiquer de façon préventive, comme le signale le site Gay.it. Au cours des derniers jours le vice-président du Sénat, Maurizio Gasparri, très à droite, a tweeté son exaspération face à l’évolution que connait l’entreprise de Guido Barilla. Pour lui, le patron s’est soumis au «lobby LGBT»: «N’achetez plus de produits Barilla, Guido Barilla mérite d’être boycotté par la famille naturelle.»

Photo Juan Jose Grosso