En déposant hier, mercredi 26 novembre, sa proposition de loi pour permettre aux couples de même sexe de se marier, le sénateur libéral-démocrate David Leyonhjelm n’a pas fait que des heureux/ses: cité par le Sidney Morning Herald, le parlementaire a indiqué que le Premier ministre Tony Abbott (photo) n’avait pas montré «d’enthousiasme» à l’annonce de ce texte. «D’après lui, le gouvernement a déjà assez de problèmes, sans que celui-ci vienne s’ajouter à la liste, a ajouté le sénateur. Il aurait préféré que je ne dépose pas ma proposition.»

VOTE EN CONSCIENCE?
L’ouverture du mariage, un problème? Pour Tony Abbott qui tient à préserver l’unité de la coalition qui l’a mené au pouvoir, cette question peut être clivante. Lui-même opposé à ce que les couples de même se marient – malgré les appels du pied de sa sœur lesbienne et engagée pour l’égalité des droits –, il avait laissé ouverte la possibilité d’un vote en conscience sur cette question, ce que souhaiterait David Leyonhjelm. Le Sénat comme la Chambre des Représentant.e.s avaient dit non à l’ouverture du mariage en 2012, mais la discipline partisane avait alors prévalu. En cas de vote libre, l’issue pourrait être différente. Toutefois, si le mariage pour tous était voté, cela pourrait donner l’impression que c’est le fait de la coalition de centre-droit au pouvoir, ce qui pourrait fâcher la frange la plus conservatrice de l’électorat.

Le texte avancé par le sénateur David Leyonhjelm appelle une modification de la loi sur le mariage pour en faire une union «entre deux personnes» et pas «une union entre un homme et une femme» comme c’est le cas actuellement. Il a précisé qu’il ne soumettrait pas le texte au Sénat et à la Chambre des Représentant.e.s tant qu’il ne serait pas certain d’obtenir une majorité de voix.

Photo Capture