L’acte d’accusation a été lu hier, lundi 24 novembre, devant la cour d’assises de Liège: Mutlu Kizilaslan, Jérémy Wintgens, Jonathan Lekeu et Éric Parmentier sont poursuivis pour avoir tué Ihsane Jarfi en raison de son homosexualité il y a deux ans. Au cours de la première journée de ce procès, les quatre hommes ont décrit leur parcours. Tous étaient déjà connus de la police et de la justice pour des faits de violences commis avant la mort d’Ihsane Jarfi.

Disparu dans la soirée du 22 avril 2012, le corps de celui-ci n’a été retrouvé que le 1er mai suivant. D’après l’autopsie, son agonie a duré entre 4 et 6 heures, rapporte la RTBF. Sa cage thoracique et son cou ont été écrasés et de nombreux coups lui ont été portés à la tête, à l’abdomen et au thorax. Mutlu Kizilaslan se serait mis en colère parce que la victime homosexuelle a évoqué l’islam, tandis qu’Éric Parmentier a «perdu son calme» lorsqu’Ihsane Jarfi lui a fait des avances.

C’est la première fois qu’un homicide avec circonstance aggravante d’homophobie fait l’objet d’un procès en Belgique. Par bien des aspects, l’affaire aujourd’hui devant la justice rappelle l’agression en France de Bruno Wiel, qui a témoigné auprès de la RTBF. À Liège, le procès se poursuit ce mardi avec l’interrogatoire des accusés.

Photo Capture