LA RETRAITE DE LA SEMAINE
Il restera le premier basketteur professionnel en activité à avoir son coming-out, le premier dans un sport individuel professionnel américain (basket, hockey sur glace, football, baseball). Jason Collins (photo) s’en va. Le pivot des Brooklyn Nets qui aura joué 13 ans dans la Ligue professionnelle de basket (NBA) l’annonce dans une tribune à Sports Illustrated et répond, sur le site du magazine américain, aux questions sur sa carrière: «À 35 ans, mon corps me dit qu’il est temps de s’arrêter et laisser jouer de jeunes joueurs.» Son coming-out, il y a 18 mois et la vie de joueur et ambassadeur des droits LGBT qui a suivi? «Cela a été merveilleux d’être partie prenante de ces moments-clefs pour le sport et les droits LGBT, et d’être entouré par le public, les coaches, les joueurs, la ligue et l’histoire, écrit Jason Collins. (…) Certain.e.s ont prétendu qu’aucune équipe n’intègrerait un joueur qui risquait de déclencher un cirque médiatique et dont l’orientation sexuelle serait une distraction. Je suis ravi d’avoir fait taire ces bobards»

Sélectionné par les Houston Comets en 2001, Jason Collins a en fait commencé sa carrière, la même année, chez les New Jersey Nets. Il aura porté le maillot de sept clubs dont le fameux paletot vert des Boston Celtics.

Juste avant l’été, il avait participé au projet It Gets Better:

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur It Got Better Featuring Jason Collins | L Studio Presents

L’ATHLÈTE OUT DE LA SEMAINE
Il était joueur de rugby, il s’est reconverti dans le bobsleigh. Simon Dunn est le seul athlète out de ce sport. Il en est très fier comme il l’explique sur le site Same Same. L’athlète australien s’entraîne depuis un an. Il est actuellement à Calgary avec son co-équipier Lucas Mata, le pilote du bolide, qui était en compétition aux Jeux olympiques de Sotchi 2014. Comme l’athlétisme, le rugby fait partie des sports qui peuvent mener au bobsleigh, discipline, notamment, de puissance dans la poussée, de gniaque, de précision dans la conduite et d’amour fou de la vitesse.

L’HISTOIRE DE LA SEMAINE
Racontée sous la belle plume de mon confrère S. L. Price, dans Sports Illustrated, la très émouvante épopée dans la vie de Max Lenox, adopté dans les années 1990 par un couple d’hommes. Lenox est aujourd’hui le capitaine du club de l’académie militaire de Westpoint.

LA PROPOSITION DE LA SEMAINE
Thomas Bach voudrait renforcer le Principe 6 de la Charte olympique avec l’inscription de la non-discrimination fondée sur l’orientation sexuelle, rapportait Yagg il y a quelques jours. Ce vœu fait partie des 40 propositions pour l’avenir du mouvement olympique présentées, mardi 18 novembre, par le président du Comité international olympique (CIO). Ces propositions seront discutées et votées lors la 127e session du CIO les 8 et 9 décembre à Monaco.

LA RÉVÉLATION DE LA SEMAINE
«Je connais des footballeurs gays qui évoluent en Premier League (La première division du championnat d’Angleterre) mais ils ont trop peur de sortir du placard», déclare Ruth Hunt dans un entretien à la BBC. Le directrice exécutive de l’association britannique Stonewall, qui milite pour les droits des LGBT, se félicite que la Fédération anglaise de football et la Ligue soient vraiment «investies» dans le programme Jason Mohammad qui lutte contre l’homophobie.

LA VIDÉO DE LA SEMAINE
C’est la fin de l’année. Il n’y a pas que des calendriers fleurissent avec des athlètes qui tombent le maillot et le reste pour des bonnes causes. Les hockeyeurs sur gazon de l’université de Nottigham se sont déshabillés contre l’homophobie.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur University of Nottingham naked hockey team

LE COVER BOY DE LA SEMAINE
Six couvertures pour l’édition américaine de GQ de décembre. Michael Sam éclate de sourire sur l’une d’entre elles. Le footballeur américain ouvertement gay fait partie des hommes et des femmes de l’année choisi.e.s par le magazine.

GQ Michael Sam

LES REGRETS DE LA SEMAINE
L’édition australienne de GQ fait de Ian Thorpe son homme le plus influent de l’année. Le nageur australien, quintuple champion olympique avoue n’être pas tout à fait à l’aise d’être mis sur un piédestal. Il confie également qu’il a «un peu honte de ne pas avoir fait mon coming-out plus tôt, de ne pas avoir eu la force de le faire. Je n’ai pas eu le courage de le faire, de briser ce mensonge.» Dans sa propre autobiographie, le nageur avait démenti son homosexualité, avant de faire son coming-out en juillet 2014.

ian thorpe couverture

LE CQFD DE LA SEMAINE
Pourquoi la lutte est elle gay? Sur le site Vice, un post de l’artiste américain Ben McNutt a une interprétation très LGBT, tout en images, de ce sport ancestral et olympique. Le titre du? «Immortel homoérotisme dans la lutte».

LES TICKETS DE LA SEMAINE
L’équipe nationale féminine de football anglaise a fait vendre plus de billets que son homologue masculin si l’on compare le dernier match des garçons (Angleterre-Norvège, amical en septembre, 40000 places vendues) et la rencontre amicale Angleterre-Allemagne, dimanche 23 novembre à Wembley (Londres), a rapporté la Fédération anglaise au début du mois, un constat relevé par le quotidien The Telegraph et repris sur le site du Figaro. Près de 45000 tickets ont été vendus, 16000 de plus que le précédent record, lors de l’Euro 2005, contre la Finlande, à Manchester. La dernière apparition de l’équipe nationale à Wembley, avait attiré plus de 70000 personnes. C’était en 2012, contre les Brésiliennes (victoire des anglaises 1-0)s lors des Jeux olympiques de Londres.

L’ARTICLE DE LA SEMAINE
Sur CBS News, une dépêche d’AP raconte l’après-match de Lauren Hill. La basketteuse universitaire américaine de 19 ans, atteinte d’une forme rare de cancer et en phase terminale, continue de s’entraîner mais son état de santé se détériore. Son combat pour jouer unne rencontre, le 2 novembre, avec son équipe de Mount St. Joseph contre Hiriam College, a permis de lever plus de 300000 dollars pour la lutte contre le cancer. Elle espère aujourd’hui pouvoir être auprès de sa famille pour Thanksgiving, le 27 novembre.

LA POUPÉE DE LA SEMAINE
Elle est ressemblante la poupée à l’effigie de Maxime Médard, pour son anniversaire. Surtout ce charmant sourire.

 

LA PUNITION DE LA SEMAINE
Elle profite à Maxime Médard, la sanction infligée à Teddy Thomas. Le jeune ailier des Bleus s’est présenté en retard à l’entraînement de l’équipe de France à Marcoussis et a, de facto, été écarté du groupe qui rencontre l’Argentine, samedi. Il est donc remplacé par le joueur du Stade toulousain qui n’avait plus évolué en équipe de France depuis le mois de juin. Teddy Thomas a été très en vue lors des deux premeirs tests matches, trois essais dans la victoire contre les Fidji, le 8 novembre, un essai en solo le 15 novembre, dans celle contre l’Australie. Mais, en équipe de France de rugby, on ne plaisante pas avec le règlement. Comme l’a indiqué Philippe Saint-André, le sélectionneur des Bleus, «on aime beaucoup Teddy, mais il a oublié certaines règles. Il faut être irréprochable en équipe de France».

L’AFFAIRE DE LA SEMAINE
Six mises en examen dans le football français. Cela se passe en Ligue 2. Après une garde à vue de deux jours, six personnes ont été mises en examen jeudi 20 novembre. L’enquête ouverte en avril pour «corruption active et passive en lien avec des manifestations sportives donnant lieu à des paris sportifs» porte notamment sur une rencontre entre les clubs de Caen et Nîmes.

Parmi ces six personnes, Serge Kasparian, principal actionnaire du Nîmes Olympique, son président, Jean-Marc Conrad. Ce dernier et son homologue de Caen, Jean-François Fortin, sont également interdits d’exercer jusqu’à nouvel ordre. Les enquêteurs cherchent à savoir s’il y a eu si les dirigeants nîmois ont fait pression et proposé des arrangements à d’autres clubs, en fin de saison 2013-2014, pour éviter la relégation en national. Les soupçons portent notamment sur une rencontre entre Nîmes et Caen (1-1). Le club normand avait alors assuré son accession en Ligue 1 et les Nîmois, leur maintien en Ligue 2. Qui sont les 6 personnes mises en examen? Réponses sur le site FranceTVinfo.

LA FINALE DE LA SEMAINE
Magnifique affiche que cette finale de la Coupe Davis, à Lille, entre la France et la Suisse. La première a la tradition chevillée au saladier d’argent (le trophée) qu’elle a conquis neuf fois depuis les Mousquetaires (Borotra, Brugnon, Cochet, Lacoste), victorieux six fois entre 1927 et 1932, en passant par la victoire de l’équipe du capitaine Noah en 1991 et celle de 1996, à Malmö (Suède), la dernière en 2001 à Melbourne avec le capitaine Forget.

La Suisse, elle, a son joueur de légende, Roger Federer aux 17 victoires en grand chelem. La Coupe Davis est l’une des rares lignes de prestige qui manque au palmarès du champion. Roger Federer a déclaré forfait, dimanche 16 novembre, pour la finale des Masters en raison d’une douleur au dos. Comment va-t-il? Réponse cette après-midi. Il joue le deuxième match contre Gaël Monfils. Son équipier Stanislas Wawrinka aura d’abord ferraillé contre Jo—Wilfried Tsonga.

LE STADE DE LA SEMAINE
Quel écrin pour une finale de Coupe Davis! Le stade Pierre Mauroy de Lille, coupé en deux, a été transformé en court central. 27000 places ont été aménagées autour du court en terre battue.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Coupe Davis 2014 : le stade Pierre-Mauroy à l’heure de France-Suisse

Retrouvez Bénédicte Mathieu dans Le Club Europe 1 Sport sur Europe 1 dimanche 23 novembre, à partir de 20 heures.

Suivez Bénédicte Mathieu sur Twitter.