Lors des questions au gouvernement à l’Assemblée nationale cette après-midi, la Garde des Sceaux Christiane Taubira s’est exprimé sur la possibilité d’une abrogation de la loi sur le mariage et l’adoption pour tous les couples, désormais portée par l’ancien Président Nicolas Sarkozy depuis sa rencontre avec les militant.e.s de «Sens Commun». La ministre de la Justice répondait à une question du député Alain Tourret, qui a rappelé sa «fierté» d’avoir participé à cette loi qui a «ouvert des droits qui n’auraient jamais dû être discutés»:

«Une partie de la droite revancharde par nature, réactionnaire par tempérament, a décidé, aiguillonnée par des factieux, de remettre en cause cette loi du progrès humain. Elle se rallie désormais derrière un seul slogan: Abrogation, abrogation, abrogation! Elle ferait bien de réfléchir aux grandes lois, celles sur le vote des femmes, l’avortement, celle sur l’abolition de la peine de mort, qui font désormais partie de notre patrimoine républicain. On ne modifie pas une loi sociétale comme on modifie un taux de TVA!»

La question du député ne s’est pas fait attendre:

«Peut-on abroger la loi qui a instauré le mariage pour tous? Quelles seraient les conséquences d’une telle abrogation?»

La ministre a posément rappelé que des personnes bénéficient de cette loi d’égalité depuis maintenant un an et demi:

«Comme à chaque fois que la gauche a été aux responsabilités, nous avons fait progresser les droits et l’égalité, et d’autre part la justice sociale (…) C’est un acte politique majeur, dont nous avons des raisons d’être fiers et nous sommes contents que dans l’opposition républicaine il y a aussi des personnalités qui portent ce texte de loi comme une loi d’égalité.»

«Nous l’avons fait comme un acte politique majeur, c’est-à-dire en respectant le sens du débat, les opinions divergentes, en faisant des efforts de pédagogie, en ayant du courage moral et de la fidélité aux convictions, c’est ce que, je crois, nous attendons des hommes d’État.»

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Christiane Taubira à Alain Tourret sur l’abrogation de la loi « mariage pour tous »