À Los Angeles, une partie de la prison est réservée aux homos (et donc aux trans’ MtF, le système carcéral ne faisant pas la différence). C’est l’aile K6G, qui accueille en particulier des personnes dont la sécurité est menacée si elles sont incarcérées avec la «population générale». C’est aussi pour cette raison que certains hétéros essaient de se faire passer pour homos pour y avoir accès.

L’ambiance y est très différente des autres prisons, rapporte LA Weekly dans un long reportage. la violence et la terreur – sans être inexistantes – y ont moins leur place. «Pour certaines personnes, ici, c’est chez elles, parce que beaucoup ont été rejetées par leur famille, alors c’est nous, leur famille», explique Yah Yah (photo), l’une des détenu.e.s trans’, porte-parole des détenu.e.s.

«On essaie de voir le côté positif de la situation, explique un autre détenu, autorisé lui aussi à témoigner, qui insiste néanmoins sur la difficulté de l’incarcération. En tant qu’homos, on a nos propres façons de faire passer le temps.» «Tu peux être avec qui tu veux, parler à qui tu veux et faire ce que tu veux, du moment que tu le fais de façon respectable», ajoute un troisième, commentant le fait que les détenu.e.s de K6G ont une liberté plus importante que les autres.

Les détenu.e.s de K6G purgent essentiellement des peines liées à des problèmes de drogue, des vols sans violences, des cambriolages. Mais K6G reste une prison, et si le détenu.e.s font preuve de créativité pour y vivre, c’est aussi pour y survivre.

K6G a été créée à la suite d’une plainte de l’American Civil Liberties Union (ACLU) dans les années 1980 sur le traitement et la violence auxquels sont confronté.e.s les prisonnièr.e.s LGBT.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur EXCLUSIVE: Inside the Gay Wing of L.A. Men’s Central Jail