La présence d’une association de familles homoparentales au sein de l’Union nationale des associations familiales (Unaf) est enfin actée: après quatre refus, l’Association des familles homoparentales (ADFH) fait désormais partie des 8000 associations familiales qui composent l’Unaf. Celle-ci dispose d’importantes prérogatives, garanties par la loi, en ce qui concerne la représentation des familles auprès des pouvoirs publics.

D’après un communiqué de l’ADFH, le conseil d’administration de l’Unaf, réuni les 14 et 15 novembre, a voté en faveur de l’affiliation de l’ADFH en tant que membre actif au sein de l’Union départementale des associations familiales de Paris (Udaf 75). Depuis avril, l’ADFH était membre associée et n’avait pas le droit de vote. Dans son communiqué, l’ADFH fait état de «fortes résistances internes» au sein de l’Udaf de Paris et remercie les ministres Roselyne Bachelot, Dominique Bertinotti et Laurence Rossignol pour leur soutien au cours des années. Cela fait cinq ans que l’ADFH postule auprès de cette institution.

L’Unaf accueille notamment dans ses rangs la Confédération nationale des associations familiales catholiques (CNAFC), qui a contesté la présence de la Ligne Azur dans les établissements scolaires, et Familles de France, qui a soutenu la «Manif pour tous». Ces associations très conservatrices, qui militent contre les familles homoparentales, auraient-elles perdu de leur influence au sein de l’Unaf? C’est en tout cas une victoire pour les familles homoparentales.

Illustration Fabien Guenot